"Gardiens de la Galaxie 3" : viré pour des tweets "indéfendables", le réalisateur James Gunn reçoit le soutien de tout le casting

"Gardiens de la Galaxie 3" : viré pour des tweets "indéfendables", le réalisateur James Gunn reçoit le soutien de tout le casting

DirectLCI
POLÉMIQUE - Aux manettes d'une des sagas les plus rentables - et réussies - de l'univers Marvel, le réalisateur James Gunn a été remercié par Disney après que des tweets vieux de 10 ans ont été exhumés par un site conservateur. Une pétition a été lancée pour inciter le studio à changer d'avis et l'ensemble du casting lui a apporté son soutien.

L'annonce a surpris. En plein Comic Con, le saint des saints des amoureux de pop culture. Disney a officialisé, vendredi 20 juillet, le licenciement de James Gunn, réalisateur des deux premiers volets des "Guardiens de la Galaxie" qui planchait déjà sur le troisième volet, dont la sortie était attendue pour 2020. La raison du divorce ? D'anciens tweets, postés en 2008 et 2009, exhumés par le site conservateur The  Daily Caller, au contenu raciste, antisémite, homophobe ou évoquant  viol et pédophilie, toujours sur le ton de l'humour. Des propos "indéfendables et incompatibles avec les valeurs de notre studio", indique dans un communiqué Alan Horn, patron de Walt Disney Studios, qui détient Marvel.

C'est sur Twitter que James Gunn a réagi. "Beaucoup de ceux qui ont suivi ma carrière savent qu'à mes débuts, je me voyais comme un provocateur, faisant des films et des blagues qui étaient scandaleux et tabous", a-t-il écrit, assurant qu'il était maintenant "très différent de celui qu'il était il y a quelques années. Les temps où je disais quelque chose juste pour choquer et faire réagir sont derrière moi", a-t-il ajouté, rappelant qu'il s'était déjà excusé d'avoir offensé qui que ce soit par le passé. 

Dave Bautista dénonce la victoire des "cybernazis"

Du côté de la "famille Gardiens de la Galaxie", les messages de soutien ont afflué. Dave Bautista, l'interprète de Drax, s'est montré le plus virulent. Toujours sur Twitter. "James Gunn est l'une des personnes les plus aimantes, attentionnées et aimables  que j'aie jamais rencontrée. Il est gentil et bon, il aime profondément les gens et les animaux. Il a fait des erreurs. Comme nous tous. Je ne suis pas d'accord avec ce qui lui arrive", a-t-il lâché dans un premier message plutôt soft.

Puis l'ancien catcheur est allé plus loin, dénonçant la victoire des "cybernazis". "A moins que nous ne commencions à nous unir contre cette merde, que les gens soient offensés ou non, cela va aller en s'empirant. Et cela peut arriver à tout le monde", a-t-il répondu à un internaute qui lui demandait s'il envisageait de boycotter "Les Gardiens de la Galaxie 3". Une question à laquelle il n'a d'ailleurs pas donné de réponse.

Chris Pratt cite la Bible

Sean Gunn, interprète de Kraglin, est évidemment venu défendre son frère. "Depuis qu'il a dédié sa vie entière aux Gardiens et au Marvel Cinematic Universe il y a six ans, j'ai vu le mec qui inventait des choses pour choquer se transformer (...). Ces films parlent aussi de la manière de devenir une meilleure personne. Travailler sur ces films a fait de mon frère une meilleure personne, idem pour moi", a-t-il écrit sur Instagram et Twitter.

Il a fallu trois jours à Chris Pratt pour se prononcer publiquement sur l'affaire. Celui qui prête ses traits à Star Lord a emprunté un verset de la Bible pour répondre à la polémique : "Sachez-le mes frères bien-aimés. Ainsi, que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler, lent à se mettre en colère". Une manière de soutenir - sans faire trop de vagues - le réalisateur qui a changé sa vie et lui a permis de devenir un des acteurs les plus bankables de Hollywood, comme il l'avait rappelé au moment de recevoir son étoile sur le Walk of Fame à Hollywood. Ses collègues Zoe Saldana (Gamora) et Karen Gillan (Nebula) ont elles annoncé qu'elle s'exprimeraient plus longuement "plus tard", tout en envoyant "tout leur amour" à leur famille de l'espace.

Mardi 31 juillet, l'ensemble du casting a de son côté signé une tribune pour soutenir le réalisateur : "Nous soutenons totalement James Gunn. Nous avons tous été choqués par ce renvoi abrupt la semaine dernière et nous avons intentionnellement attendu une dizaine de jours avant de réagir pour prendre le temps d’y penser, de prier, d’écouter et d’en discuter."

Déjà 144.000 signatures pour sauver James Gunn

Il y a enfin ceux qui ont décidé d'agir. L'actrice Selma Blair fait partie des 144.000 signataires d'une pétition qui vise à obtenir la réintégration de James Gunn. "Parce que si les gens sont punis malgré le changement, que cela nous enseigne-t-il à propos de la reconnaissance de nos erreurs et notre évolution ? Cet homme fait partie des bons", a-t-elle insisté sur Twitter.

Alors, quid de l'avenir du film ? Le planning des sorties Marvel affiche complet jusqu'en 2022 et ne pourra pas se passer du troisième volet des "Gardiens de la Galaxie", la franchise ayant pour l'instant rapporté plus de 1,6 milliard de dollars au box-office mondial. James Gunn, c'était un ton et un humour inédit dans l'univers des super-héros rachetés par Disney. Charge désormais aux studios de lui trouver un successeur digne de ce nom.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter