Golden Globes 2017 : et si "Ma vie de courgette" créait la surprise ?

CINÉMA

SURPRISE - "Ma Vie de Courgette" est en lice pour un Golden Globe dimanche à Los Angeles. Ce film d'animation, fabriqué à la main en région lyonnaise, fait figure d'ovni à côté des quatre superproductions américaines en compétition avec lui. Mais sa sensibilité à part le distingue du tout-venant.

Depuis qu'il a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, le film d'animation du réalisateur suisse Claude Barras enchaîne les prix et pourrait même être nommé aux Oscars. 

C'est une merveilleuse nouvelle, d'une part pour l'animation française et d'une autre part pour le cinéma tout court.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore son histoire, "Courgette" est un vaillant petit garçon élevé par sa mère alcoolique qui lui a donné un jour ce drôle de surnom, auquel il est très attaché. Un jour, l'enfant tue accidentellement sa mère, et se retrouve placé en foyer. Sa nouvelle vie apparemment encore plus difficile qu'avant, se transforme en parcours initiatique à la découverte du partage, de la camaraderie, de l'empathie mais aussi du sentiment amoureux.

Ce supplément d'âme tient certainement à ces poupées dont les visages hypertrophiés en résine s'animent. Grâce à leurs gros yeux, les animateurs ont pu faire bouger leurs regards à la main, sans utiliser de petits outils, genre pince à épiler, qui désincarnent parfois les personnages.

La Courgette fera-t-elle le poids au pays de Disney, en compétition avec Zootopie et Vaiana ?

Si vous ne l'avez pas vu, précipitez-vous : Ma Vie de Courgette dure seulement 1h06 et il faut voir tout ce qui s'y passe, tout ce que l'on ressent quand on a 9 ans - puisque le film confère l'impression de retourner à cet âge-là et propose de voir le monde avec ces yeux-là, mélancoliques, ayant vécu des choses sur lesquelles il est si difficile de mettre de mots.

Ma Vie de courgette célèbre sans pathos, sans infantilisation la résilience, avec des personnages très attachants, enfants et adultes. C'est beau, simple, fédérateur, accessible. 

Aujourd'hui, alors que le film a déjà enregistré plus de 680.000 entrées en France et doit prochainement sortir aux États-Unis, Courgette est auréolé d'une reconnaissance incroyable. Même le créateur du studio Aardman, Peter Lord, rendu célèbre pour son Wallace et Gromit, s'est fendu d'une vidéo pour dire tout le bien qu'il pense du travail de Claude Barras.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter