"Good Luck Algeria" : l’incroyable histoire d’un champion de ski algérien

"Good Luck Algeria" : l’incroyable histoire d’un champion de ski algérien

POSITIVE ATTITUDE – Sami Bouajila chausse les skis d'un sportif amateur mais ambitieux qui renoue avec ses racines algériennes dans une comédie sociale, humaine et sportive. C'est notre coup de coeur ciné de la semaine.

L’Afrique du Nord et les sports d’hiver vont difficilement de paire dans l’imaginaire collectif. Mais pas dans celui de Farid Bentoumi. Pour cause : ayant grandi à Albertville, le frère du réalisateur franco-algérien concourait en tant que skieur sous bannière algérienne aux J.O. de Turin en 2006. Cette histoire, le cinéaste la transpose aujourd’hui dans un premier film drôle et touchant.

Sami Bouajila y joue le dirigeant d’une fabrique de skis qui, pour éviter la faillite de sa boîte et médiatiser sa marque, tente de se qualifier comme glisseur de fond aux jeux olympiques pour l’Algérie, le pays de son père. Lequel rêve que son fils s’installe un jour au bled, sur les terres familiales.

Pertinent et sensible

S’il est évidemment question de dépassement de soi, de solidarité et d’exploit dans cette comédie, Farid Bentoumi s’attaque aussi et surtout aux problématiques de l’immigration : double nationalité, mixité (divine Chiara Mastroianni en femme sceptique), intégration, déracinement, transmission... Mais ce, sans gravité, sans militantisme, sans violence.

Tout est traité avec douceur et sensibilité : l’amitié entre le héros et son meilleur ami (Franck Gastambide, une fois de plus excellent), comme le lien qui l’unit à son père, formidable modèle de sagesse et de truculence incarné par le très émouvant Bouchakor Chakor Djaltia.

Belle et pudique, leur relation sublime ce feel good movie, par ailleurs cocasse lorsqu’il croque par exemple les voies tortueuses de la bureaucratie de la ville blanche. Des montagnes de Savoie aux oliveraies d’Alger, Good Luck Algeria donne à voir un visage humain et positif de l’immigration, fort à-propos en ces temps troublés entraînant trop d’amalgames. 

A LIRE AUSSI
>>  Jean Claude Van Damme, modèle de Franck Gastambide pour Pattaya >>  La bourde de Léa Salamé face à Franck Gastambide dans ONPC

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Déconfinement : les pistes du gouvernement

Mise au point du Dr Kierzek à propos de la déclaration du PDG de Pfizer sur la nécessité de recevoir une troisième dose de vaccination

Mort de l'ancien ministre Eric Raoult à 65 ans

La comédienne britannique Helen McCrory ("Harry Potter", "Peaky Blinders") est décédée à l’âge de 52 ans

Lire et commenter