"Heli" : Mexique, drogue et pénis brûlé

"Heli" : Mexique, drogue et pénis brûlé

CINÉMA
DirectLCI
CRITIQUE - En salles ce mercredi, "Heli" d'Amat Escalante ausculte la violence qui sévit au Mexique. Le long métrage, sordide et dérangeant, a notamment remporté le Prix de la Mise en Scène l'an dernier à Cannes.

A l'arrière d'une camionnette, des hommes blessés, bâillonnés, à l'article de la mort. La caméra ne bouge pas, elle suit la trajectoire du véhicule qui les transporte. Aux abords d'un pont, le moteur est brusquement coupé. Un des corps est extrait pour être pendu quelques minutes plus tard. C'est avec cette froideur clinique que s'ouvre Heli, le troisième long métrage d'Amat Escalante, Prix de la Mise en Scène au dernier Festival de Cannes. Une scène très brutale qui donne le la d'un sordide voyage au bout de l'enfer.

Après Sangre et Los Bastardos, le cinéaste mexicain poursuit sa dissection des maux qui gangrènent son pays. Ici, c'est la violence qu'il observe à très fort grossissement. Une violence froide, endémique et congénitale qui erre dans les rues comme un djinn têtu. Ses héros, tous incarnés par d'épatants acteurs amateurs, sont embarqués tête la première dans une spirale infernale liée à un détournement de drogue. Soit autant d'êtres lambdas, victimes collatérales d'une agressivité collective, pavlovienne et tristement banalisée.

Violence frontale

Heli ne prend jamais le spectateur par la main. Et ne le caresse pas dans le sens du poil. Bien au contraire, il le tord en étirant les scènes jusqu'à l'ennui, lui vrille les entrailles et se tamponne des conséquences. Il s'agit là d'une œuvre qui dérange et l'assume. Un instantané malaisant d'une nation prise en étau par la criminalité ordinaire. Comme à l'accoutumée, Escalante choisit de tout montrer plein cadre, sans détour, de sorte que la réalité nous explose à la figure. Cette frontalité, moteur de l'entreprise de la première à la dernière image, agit comme un uppercut lors d'une séquence de torture où le pénis d'un homme est brûlé sous le regard asthénique de quelques habitués. Franchement glaçant.

Sur le même sujet

Lire et commenter