"House of cards", "Seven", "American Beauty"... ces rôles qui ont fait  Kevin Spacey

"House of cards", "Seven", "American Beauty"... ces rôles qui ont fait Kevin Spacey

PORTRAIT - Oscarisé deux fois avec notamment la statuette du meilleur acteur pour "American Beauty" en 1999, Kevin Spacey, actuellement au cœur d'un scandale sexuel, a enchaîné les succès à Hollywood pendant deux décennies, après avoir percé sur le tard au mitan des années 90. Flashback sur une ascension tardive mais impressionnante.

Les scandales sexuels continuent de secouer Hollywood : cette fois, c'est l'acteur Kevin Spacey qui s'est excusé d'avoir harcelé un acteur adolescent en 1986 et a révélé du même coup son homosexualité, s'attirant de violentes critiques. 


Avant cette affaire, Kevin Spacey menait une carrière exemplaire d'acteur à Hollywood.  A l'aise dans tous les genres, il a campé des rôles très variés, offrant à sa filmographie un relief particulièrement impressionnant. On l'a remarqué très à l'aise dans les rôles de psychopathes, ou de méchants en général, comme en témoignent ses rôles dans Seven, Superman Returns ou Usual Suspects

Il a joué Keyser Sosé dans "Usual Suspects"

En 1995, Kevin Spacey était la révélation de Usual Suspects. Le thriller retors de Bryan Singer entre dans la légende principalement grâce à son twist final, créant au passage l’un des personnages mythiques du cinéma, le célèbre Kaiser Söze. 


Impérial dans le rôle de celui qui cache bien son jeu depuis le début, Spacey, 35 ans alors, gagne l’Oscar du meilleur second rôle, brillant face à Gabriel Byrne, Benicio Del Toro, Kevin Pollak ou encore Stephen Baldwin. Auparavant, il n'était apparu que dans quelques films, notamment Henry & June (Philip Kaufman, 1990) et Jeux d'Adultes (Alan J. Pakula, 1992).

Le tueur dans "Seven", c'est lui

Le choc Seven, c'était donc il y a plus de 20 ans. En 1995, très précisément. C'était un peu après Usual Suspects. Et personne ou presque s'est remis de la détonation "Kevin Spacey". Le comédien y tenait le rôle redoutablement flippant du seral-killer, apparaissant brutalement comme un éclair. 


En effet, pour garder la surprise, il fut décidé de ne pas inclure son nom dans les crédits lors du générique de début, afin de garder le mystère sur l'identité du tueur. En revanche, il fut crédité en premier lors du générique de fin.


Par la suite, les spectateurs le retrouveront dans Looking For Richard (Al Pacino, 1996), Minuit dans le Jardin du Bien et du Mal (Clint Eastwood, 1997) ou encore dans Le Négociateur (F. Gary Gray, 1998). En 1996, Kevin Spacey signe son premier long métrage Albino Alligator avec Matt Dillon, Gary Sinise et Faye Dunaway. 

Il a gagné l'Oscar du meilleur acteur pour sa perf dans "American Beauty"

American Beauty reste l'un des grands hits de Kevin Spacey. Le film génialement acide du dramaturge anglais Sam Mendes, scénarisé par Alan Ball (le créateur de la série Six Feet Under) a définitivement fait du comédien une grande star internationale. En 1999, il obtenait grâce à sa performance l'Oscar du meilleur acteur pour ce rôle d'un Américain moyen, mari d'Annette Bening, qui se rebelle contre une vie trop conformiste. 


La comédie au vitriol fut aussi un énorme succès commercial aux Etats-Unis et dans le monde entier. En France, plus de deux millions de spectateurs l'avaient vu. Avec cet Oscar, le statut de Kevin Spacey avait changé radicalement, incitant les studios à lui proposer plus de premiers rôles et surtout plus d'argent. 


De American Beauty à la série House of Cards en passant par Superman Returns, les succès se sont enchaînés pour l'acteur, aujourd'hui dans une mauvaise passe...  Netflix a d'ailleurs fait savoir lundi soir que la saison 6, actuellement en tournage, sera la dernière de la série. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Kevin Spacey, un autre scandale sexuel à Hollywood

Plus d'articles

Sur le même sujet