"Jean-Philippe", "Détective", "Wanted"... Johnny Hallyday, un acteur qui n’a pas toujours trouvé la note juste

RÉTRO – De Deneuve à Godard, de Lelouch à Luchini, Johnny Hallyday aura travaillé avec plusieurs générations d’acteurs et réalisateurs, sans jamais s’imposer dans un premier rôle, en dépit de quelques apparitions marquantes. Retour sur "l’autre" carrière de l’idole des jeunes…

Johnny Hallyday et le cinéma ? Une histoire d’amour contrariée. Grand cinéphile, féru de culture américaine mais pas seulement, le chanteur débute très tôt sur grand écran. Figurant sur Les Diaboliques de Henri-George Clouzot, en 1954, il fait une apparition remarquée dans Les Parisiennes, en 1962, un film à sketches, dans lequel il joue un guitariste qui chante le tube "Retiens la nuit" à une lycéenne incarnée par… Catherine Deneuve.

L’année suivante,  il tient le premier rôle de D’où viens-tu Johnny ?, de Noël Howard, campant un jeune Parisien, féru de rock n’roll, contraint de se réfugier en Camargue lorsqu’il est pris en chasse par des truands. Dans l’un, comme dans l’autre, Johnny Hallyday interprète des personnages qui s’inspirent de son image de star naissante de la chanson, à la manière de son idole Elvis Presley.

S’il n’a pas la technique d’un comédien traditionnel, Johnny a eu une présence qui va mine de rien séduire des pointures du Septième art. C'est le cas de Jean-Luc Godard qui l’engage sur Detective, dans lequel il donne la réplique à sa compagne de l’époque, Nathalie Baye, ou encore de Costa-Gavras, qui en fait la vedette de Conseil de famille, avec Fanny Ardant et Guy Marchand. S’il tourne avec parcimonie, l’échec du film de science-fiction Terminus, en 1987, et à un degré moindre de la comédie La Gamine avec la toute jeune Maiwenn, en 1991, va l’écarter durablement des plateaux. 

"Jean-Philippe" avec Fabrice Luchini, un sommet

Au début des années 2000, c’est la nouvelle génération du cinéma français qui lui tend la main. D’abord Stéphane Guisti avec Pourquoi pas moi ?, en 1999 et surtout Laetitia Masson, qui écrit pour lui Love Me, dans lequel il incarne le chanteur qui fait craquer Sandrine Kiberlain. Si sa rencontre en 2002 avec Jean Rochefort sur L’homme du train, de Patrice Leconte, n’est pas à la hauteur des attentes, que dire de sa collaboration surréaliste avec Gérard Depardieu et le chanteur Renaud dans le nanar Wanted, en 2003 ?

L'un des plus grands moments de Johnny au cinéma, sinon le plus grand, c'est son face-à-face en 2006 avec Fabrice Luchini en fan transi dans Jean-Philippe, qui est une vraie belle surprise. L’idée du réalisateur Laurent Tuel : et si, dans un monde parallèle, Jean-Philippe Smet n’était jamais devenu Johnny Hallyday ? Et si au lieu de soulever les foules à chaque concert, il préfère astiquer les boules d’un bowling miteux ? Entre fantastique et comédie, le film est un admirable hommage, doublé d’une satire à laquelle le rockeur se prête avec humour.

En mai 2009, le chanteur monte les marches du Festival de Cannes avec le réalisateur Johnnie To, star du cinéma de Hong-Kong avec lequel il a tourné Vengeance, un polar pluvieux qui ne va ne guère susciter l'enthousiasme. Mauvais signe ? Quelques mois plus tard, Johnny Hallyday passe plusieurs jours dans le coma, à Los Angeles, conséquences d’une opération ratée à Paris. A sa sortie, c'est sa carrière musicale qu'il s'emploie à remettre sur les rails.

Si bien qu'il faudra patienter jusqu’en 2014 pour le revoir sur grand écran dans Salaud, on t’aime, de Claude Lelouch. Le réalisateur, qui l'avait dirigé 30 ans plus tôt dans L'aventure c'est l'aventure, lui a confectionné le personnage d’un ancien photographe de guerre qui tente de renouer avec ses filles, au prétexte qu’il souffrirait d’une grave maladie. C'est aussi l’occasion de tourner avec Eddy Mitchell, son copain de toujours. 

En vidéo

"Salaud on t'aime" réunit Johnny Hallyday et Eddy Mitchell

En 2017, c’est son propre rôle qu’il va (encore) jouer, à deux reprises. Dans le Rock n’roll, de Guillaume Canet, où ce dernier vient lui demander conseil pour avoir l'air "rock", sous l’œil méfiant de Laeticia, sa compagne. Et une nouvelle fois chez Lelouch, dans Chacun sa vie, contraint de pousser la chansonnette pour convaincre le flic joué par Jean Dujardin qu’il n’est pas un sosie…

C'est Laeticia Hallyday, sa compagne, qui a annoncé sa disparition, dans la nuit du 5 au 6 décembre 2017. Johnny Hallyday, 74 ans, luttait depuis de longs mois contre le cancer du poumon. Ce qui ne l'avait pas empêché de remonter sur scène l'été dernier avec Les Vieilles Canailles, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc pour une ultime tournée. Mais aussi de travailler sur un dernier album qui pourrait paraître courant 2018.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Johnny Hallyday : la mort d'un géant

Plus d'articles

Sur le même sujet