Jessica Chastain laisse ses empreintes à Hollywood et ménage le lobby des armes

CINÉMA
CONFESSION – Jessica Chastain a déposé jeudi 3 novembre ses empreintes à Hollywood. La star de "Zero Dark Thirty" en a profité pour se dire en faveur d’un usage responsable des armes plutôt que pour leur interdiction aux Etats-Unis.

Elle a eu beaucoup de mal à contenir son émotion. Jessica Chastain a gravé jeudi 3 novembre ses empreintes de mains et de pieds, ou plutôt de talons aiguilles, à Hollywood. Vêtue d'une robe bleue et noire, le regard couvert par des lunettes de soleil, l'actrice américaine de 39 ans était particulièrement émue au moment de se placer dans la lignée des grandes actrices de l'âge d'or du cinéma américain. "Avoir mes empreintes près de celles de femmes comme Elizabeth Taylor et Bette Davis, c'est vraiment inimaginable. Je n'arrive toujours pas à y croire", a déclaré celle dont la carrière a explosé en 2011.


Cette année-là, la jolie rousse s’est retrouvée à l’affiche de six longs métrages dont La Couleur des sentiments, pour lequel elle est nommée à l'Oscar du meilleur second rôle féminin. Deux ans plus tard, elle a incarné avec beaucoup de talent une analyste de la CIA dans Zero Dark Thirty sur la traque de Ben Laden, un rôle qui lui a valu une nomination pour l'Oscar de la meilleure actrice.

Rencontre avec Gabrielle Giffords

Dans son nouveau film, Miss Sloane, qui sortira le 8 mars 2017 en France, Jessica Chastain joue le rôle d’une femme engagée dans le lobby pour le contrôle des armes aux Etats-Unis. Alors qu’elle était interrogée sur ce sujet en marge de la cérémonie, elle a affirmé être en faveur d’un "usage responsable des armes" plutôt que pour leur interdiction.


Pour préparer son rôle, elle a notamment rencontré Gabrielle Giffords. Cette élue démocrate engagée pour le droit à l’avortement et pour la restriction du droit à porter des armes avait été la cible d’une fusillade survenue en 2011 au cours de laquelle elle avait reçu une balle dans la tête. 


Après la cérémonie, Jessica Chastain a plaisanté sur Twitter : "C’est un sale job mais quelqu’un devait de le faire".

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter