La cinéaste Chantal Akerman s'est donné la mort à l'âge de 65 ans

CINÉMA

DISPARITION – La réalisatrice belge s'est suicidé lundi 5 octobre à Paris à l'âge de 65 ans. Elle avait réalisé "La captive", avec Stanislas Mehrar et Sylvie Testud, ainsi que la comédie romantique "Un divan à New York" avec Juliette Binoche et William Hurt.

Le monde du cinéma est en deuil. La réalisatrice Chantal Akerman est décédée ce lundi 5 octobre à Paris à l'âge de 65 ans. D'après Le Monde, la cinéaste qui souffrait de troubles maniaco-dépressifs s'est donné la mort. Elle laisse derrière elle près de 50 films, du documentaire à la comédie musicale, qui analysent les thèmes du temps et de la mémoire. On lui doit notamment Jeanne Dielman, 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles (1975), un brûlot féministe dans lequel elle filme le quotidien d’une ménagère qui se prostitue pour assurer sa subsistance et celle de son fils.

Du documentaire à la comédie romantique

Sa trilogie documentaire, D’Est (1993), Sud (1998) et De l’autre côté (2002), qui s’est également déclinée sous forme d’installations un peu partout dans le monde, a marqué son œuvre, tout comme La Captive (sorti en 2000), une adaptation de La Prisonnière, de Marcel Proust avec Stanislas Mehrar et Sylvie Testud. On lui doit également Demain on déménage, où elle dirige à nouveau Testud ainsi que la comédie romantique Un divan à New York, avec William Hurt et Juliette Binoche.

"C'était une énorme cinéaste qui, par sa singularité, a révolutionné quelques pans du cinéma international", a déclaré son producteur Patrick Quinet. Chantal Akerman avait effectivement marqué des cinéastes majeurs comme Gus Van Sant, Tsai Ming-liang ou Avi Mograbi. Son dernier film documentaire, No Home Movie, consacré à sa mère qui avait survécu aux camps de concentration, a été présenté en compétition au dernier Festival de Locarno en août.

Lire et commenter