La vraie star de "La Danseuse", c’est Soko… compris ?

La vraie star de "La Danseuse", c’est Soko… compris ?

COUP DE CŒUR – Lily-Rose Depp, la fille de Vanessa Paradis et Johnny Depp fait ses premiers pas sur les écrans français en prêtant sa frêle silhouette à Isadora Duncan, rivale de Loïe Fuller, la véritable héroïne de "La Danseuse", biopic de Stéphanie Di Giusto porté par la chanteuse Soko.

Si les projecteurs ont été massivement braqués sur Lily-Rose Depp depuis le Festival de Cannes où elle était venue présenter La Danseuse, la jeune fille de 17 ans n’a en réalité qu’un second rôle dans le long-métrage de Stéphanie di Giusto. L’étoile de ce biopic, c’est bel et bien la sauvage et intense Soko, récemment vue en soldate dans Voir du pays des sœurs Coulin. 

L’actrice-chanteuse prête ici son énergie et sa détermination à Loïe Fuller, artiste de la fin du 19e siècle qui faisait virevolter de grands tissus de soie accrochés à des bâtons dans un ballet graphique, poétique et lumineux. Avant-gardiste et singulière, elle fut l’une des grandes figures scéniques de la Belle Epoque avant que son corps ne lâche et qu’Isadora Duncan, son élève, finisse par l’éclipser pour devenir l’une pionnières de la danse moderne.

Et Lily Rose Depp d’entrer en piste dans la peau de cette rivale au physique gracile mais à l’ambition dévorante. Avec son arrivée dans le récit, à mi-parcours, commence l’affrontement de deux écoles, de deux tempéraments : la danseuse pure et gracile face à la performeuse hors normes en quête d’extrême.

Leur relation amour-haine, leurs conceptions si opposées de cette discipline exigeante, donnent du corps à ce biopic historico-artistique. Au point que l’on regrette que ce premier film, à vouloir être trop exhaustif, aborde trop de relations parallèles (avec un dandy décadent incarné par Gaspard Ulliel ou une gouvernante jouée par Mélanie Thierry) venant parasiter l’essentiel : cette fascinante rivalité. 

Pourtant, malgré ce petit bémol narratif et un léger manque de rythme, la magie l’emporte : les numéros, parfaitement chorégraphiés et exécutés, sont sublimés par un minutieux travail de mise en scène et de lumières. Au moins aussi hypnotisant que l’interprétation très habitée de Soko.

En vidéo

EXCLU VIDÉO - Notre interview de Soko et Stéphanie di Giusto pour le film "La Danseuse" à Cannes

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - L'Allemagne rend hommage à ses 80.000 morts du Covid-19

    Un rassemblement devant le ministère de la Santé pour dénoncer les suicides de cinq internes en médecine

    Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

    L'image de la cérémonie : la reine Elizabeth II se recueille devant le cercueil de son mari Philip

    Funérailles du prince Philip : William et Harry se sont-ils réconciliés ?

    Lire et commenter