"Le 15 :17 pour Paris" : mais qu’est-ce qui fait courir Clint Eastwood ?

DirectLCI
ZOOM - Vétéran magnifique, Clint Eastwood met en scène les vrais héros du Thalys dans "Le 15 :17 pour Paris," en salles mercredi. A 87 ans, l’ex-Inspecteur Harry n’entend certainement pas raccrocher. Explications.

Il est inépuisable. Interrogé en 1997 par la chaîne américaine CBS au sujet de son incroyable carrière,  à l’occasion de la sortie de "Mystic River", Clint Eastwood donnait cette explication désarmante : "Je crois qu’il faut être heureux de vieillir. C’est le facteur le plus important. Au lieu de se dire : ‘à 21 ans, je faisais ceci, ou à 31 je faisais ça’. Beaucoup de gens donnent le meilleur d’eux-mêmes à 40 ans et puis ils déclinent. En fait c’est une question de mental. Moi je crois que je fais mes meilleurs films maintenant."


Nous sommes 20 ans plus tard et le cinéaste aujourd’hui âgé de 87 ans s’apprête à dévoiler "Le 15 :17" pour Paris, un long-métrage inspiré du livre écrit par les héros américains du Thalys. Le 21 août 2015, Spencer Stone, Anthony Sadler et Alek Skarlatos, trois amis d’enfance, parviennent à maîtriser, au péril de leur vie, le terroriste monté à bord du train Amsterdam-Paris avec un véritable arsenal de guerre. Et à éviter un véritable carnage.

Interprété par les vrais protagonistes de l’événement, le film clôture une trilogie consacré aux héros de l’Amérique moderne. Elle a commencé en 2014 avec "American Sniper", le portrait du tireur d’élite Chris Kyle, qui deviendra le plus grand succès de la carrière de Clint Eastwood au box-office. Et s’est prolongée avec "Sully", en 2016 ou comment le pilote de ligne du même nom est parvenu à poser son avion, victime d’une défaillance technique, sur le fleuve Hudson. Comme si les exploits de ses personnages transmettaient à l’ex-Inspecteur Harry une énergie créative sans cesse renouvelée.


"Je n’ai pas fait le choix conscient de tourner des films sur des héros. Ce que je veux, c’est montrer aux gens qu’ils ont la force en eux de faire des choses extraordinaires", explique l’intéressé, dans une interview accordée à "The Independent". "'Le 15 :17 pour Paris', c’est le symbole de ça. Il y a aurait pu avoir de nombreux morts, le type avait beaucoup de munitions, il avait une arme très fiable", observe le cinéaste. "Spencer avait le temps de s’enfuir", dit-il au sujet du jeune ambulancier qui a foncé sur le terroriste. "Mais il ne l’a pas fait."

Alors que le film sort ce mercredi sur les écrans français – et le week-end prochain aux Etats-Unis, Clint Eastwood ne compte certainement pas se reposer sur les lauriers. Pour la première fois depuis "Une nouvelle chance", en 2012, il s’apprête à repasser derrière mais aussi devant la caméra pour incarner Leo Sharp, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale devenu le plus vieux passeur de drogue du monde puisqu'il sera arrêté en possession de 90 kilos de cocaïne à l’âge de 87 ans…


Le secret de sa longévité ? Ce vétéran magnifique le donnait, avec humour, lors de sa Masterclass en mai dernier au Festival de Cannes où il était reçu comme une rock star. "La chose la plus dangereuse au monde est de se prendre trop au sérieux", disait-il. "C’est comme le golf. Si vous avez rendez-vous tous les matins avec une bande de vieux pour aller jouer, ça devient une obligation, ce n’est plus un plaisir." Vu comme ça…

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter