Le cinéaste français Alain Resnais est mort

Le cinéaste français Alain Resnais est mort

DirectLCI
DISPARITION - Auteur éclectique et exigeant, Alain Resnais est mort à l'âge de 91 ans. Il laisse derrière lui une filmographie ponctuée de nombreux succès auprès du grand public comme "Smoking/No Smoking" ou "On connaît la chanson". Son dernier long-métrage, "Aimer Boire et Chanter", avec Sandrine Kiberlain, sortira le 26 mars.

Le cinéma français est en deuil. Auteur de l'une des filmographies les plus passionnantes du cinéma français, le réalisateur Alain Resnais est mort samedi à Paris, "entouré de sa famille", a annoncé son producteur, dimanche matin. Il avait 91 ans. Son dernier film, Aimer Boire et Chanter, en salles le 26 mars prochain, avait été présenté au Festival de Berlin, en février, où il avait reçu l'Ours d'argent Alfred Bauer, l'équivalent du Grand Prix au Festival de Cannes. Le cinéaste n'avait pas fait le déplacement.

Auteur de chefs-d’œuvre comme Hiroshima mon amour (1959) et de L'Année dernière à Marienbad (1961), Alain Resnais est rapidement considéré comme l'un des grands représentants du Nouveau cinéma, l'équivalent du Nouveau roman en littérature. Puisant son inspiration aussi bien dans la littérature, la BD ou les séries télé, ce fils d'un pharmacien de Vannes, dans le Morbihan, va sans cesse expérimenter, quitte à paraître trop abstrait. En 1978, il remporte son premier César du meilleur film pour Providence, avec Dirk Bogarde et John Gielguld.

Une pluie de César dans les années 1990

A plusieurs reprises, son cinéma exigeant va régulièrement toucher le grand public grâce à des films aussi divers que Stavisky (1974), Mon Oncle d'Amérique (1980), Melo (1986), Après l'échec de I Want To Go Home (1989), il rencontre de nouveau le succès auprès du grand public grâce à Smoking/No Smoking, couronné par 5 César en 1994, dont celui du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur acteur pour Pierre Arditi et du meilleur scénario ou adaptation pour le duo Agnès Jaoui-Jean Pierre Bacri.

Rebelote avec On connaît la chanson, qui va remporter 7 César en 1998, dont celui du meilleur film, du meilleur acteur pour André Dussolier et du meilleur scénario ou adaptation encore pour Agnès Jaoui et Jean Pierre Bacri. Ce dernier remporte par ailleurs le César du meilleur acteur dans un second rôle. Après Pas sur la bouche (2003), et Coeurs (2006), son cinéma redeviendra plus abstrait. Présentés à Cannes en 2009 et 2012, Les Herbes Folles et Vous n'avez encore rien vu rencontreront un succès plus mitigé.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter