"Le dernier diamant" est une pierre de zéro carat

"Le dernier diamant" est une pierre de zéro carat

CINÉMA
DirectLCI
CRITIQUE – Pour ''Le dernier diamant'', son quatrième film, Eric Barbier a réuni le couple Yvan Attal et Bérénice Bejo. Il en résulte un film de braquage lourdingue qui n'a pas plus d'éclat qu'une pacotille.

Derrière Le dernier diamant se cache le Florentin. Disparue en 1922, cette pierre, anciennement associée à Charles le Téméraire, avait pour particularité ses 137,27 carats et ses 126 facettes. Un pedigree hallucinant qui lui a valu un statut mythique. C'est à cet inestimable trésor qu'Eric Barbier a offert le rôle central de son quatrième long métrage. Face à l'objet de toutes les convoitises, on retrouve Yvan Attal dans la peau de Simon, un cambrioleur en liberté surveillée. Pour s'emparer du Florentin, il imagine un casse méticuleux en manipulant la belle Julia (Bérénice Bejo), une diamantaire émérite.

Un braquage insipide

Après Le Serpent, Barbier collabore de nouveau avec Yvan Attal, plutôt convaincant sous les traits du antihéros. De façon honnête, le cinéaste tente de rendre hommage aux films de braquage. Mais si la tentative est louable, elle n'en demeure pas moins ratée. Sans originalité dans la mise en scène ni souffle dans le propos, cette œuvre peine à renouveler un genre ultra codifié. Avec sa BO jazzy, ses personnages sans épaisseur et ses répliques appuyées, le résultat s'apparente en effet à un ersatz mal digéré d'Ocean's Eleven.

Hélas, ce n'est pas l'histoire d'amour attendue entre Yvan Attal et Bérénice Bejo, trouvant là son pire rôle, qui vient rehausser l'entreprise. Mollassonne, l'intrigue déploie ses quelques atouts sans le moindre relief, condamnant le spectateur à un ennui irréversible. Les scènes d'action ne changent en rien les données de notre électrocardiogramme. Pas même notre tension, plus basse que jamais. Quant au ton global, il est beaucoup trop sérieux pour laisser circuler de l'air. Un peu d'humour et de second degré auraient sûrement donné un peu de brillance à ce faux diamant.

Lire et commenter