"Le Loup de Wall Street" : un associé de Jordan Belfort en colère

"Le Loup de Wall Street" : un associé de Jordan Belfort en colère

DirectLCI
POLEMIQUE - Andrew Greene, l'un des associés de Jordan Belfort, le trader héros du "Loup de Wall Street", attaque en justice la Paramount et les producteurs du film, dont Leonardo DiCaprio. Il estime que sa représentation dans le film par le comédien P.J. Byrne le ridiculise.

Le Loup de Wall Street ne fait décidément pas que des heureux. Après les victimes du trader Jordan Belfort , les féministes ou encore les associations de paralytiques, voilà que l'un de ses anciens associés s'en prend au film de Martin Scorsese. Andrew Greene, dont le véritable nom a été utilisé dans le livre de Belfort sans son autorisation, s'estime "ridiculisé" par l'interprétation du comédien P.J. Byrne.

Même si Scorsese et ses scénaristes lui ont donné un nouveau nom à l'écran – Nicky Koskoff – l'intéressé estime qu'il est facilement reconnaissable... en raison de sa perruque. Et qu'on lui donne l'image d'un "criminel, consommateur de drogue, un dégénéré avec des tendances misogynes". C'est notamment lui qui rase la tête d'une employée de la société de Belfort, Stratton Oakmont, suite à un pari.

Il demande 25 millions de dollars

Dans une plainte déposée devant un tribunal de New York contre la Paramount, distributeur du film, et ses producteurs, dont la société de Leonardo DiCaprio, Appian Way, Andrew Greene réclame des dommages et intérêts à hauteur de 25 millions de dollars, ainsi que la saisie de toutes les copies du film, mais aussi des documents promotionnels dans lequel le personnage figure.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter