"Le Professeur de Violon" : quand la musique forme un bouclier contre la violence du monde

"Le Professeur de Violon" : quand la musique forme un bouclier contre la violence du monde

CRITIQUE – Découvert en France grâce à "Bahia, ville basse", le cinéaste brésilien Sergio Machado nous revient avec un hymne au vivre-ensemble : "Le professeur de violon". En salles ce mercredi, le long métrage en question s’inspire d’une histoire vraie : celle d’un musicien qui a trouvé une place de choix dans le cœur d’enfants défavorisés.

1996. Un violent incendie détruit un bâtiment d’Héliopolis, la plus grande favela de São Paulo, provoquant la détresse de nombreuses familles. Devant son poste de télévision, le chef d’orchestre Silvio Baccarelli est littéralement dévasté par les images. Résultat : il rallie spontanément une école de la région et propose à son directeur d’offrir des cours de musique aux enfants. Ce fait divers touchant constitue la pierre angulaire du Professeur de violon, quatrième film de Sergio Machado.

Le cinéaste brésilien part ainsi de cette base en prenant soin d’y faire converger des bribes de la pièce Acorda Brasil d’Antônio Ermírio et ses propres interrogations existentielles, lui qui a évolué dès son plus jeune âge entre le piano de son père et le basson de sa mère. Au bout de cette prise de liberté : Laerte, un personnage attachant qui prend naturellement des allures d’alter ego. On le découvre la main tremblante, incapable de jouer une note devant le jury de l’orchestre symphonique de São Paulo, qu’il rêve de rejoindre.

Un personnage mélodieux

Cet échec (bénéfique) le conduit tout droit dans le redoutable quartier d’Héliopolis, où l’attendent des gamins qui ne savent ni lire le solfège ni dialoguer sans agressivité. Des esprits (très) rebelles qu’il lui faudra dompter, en slalomant ici et là entre petites frappes et dealers dangereux. L’intérêt majeur de ce drame œcuménique réside dans son postulat de départ : le prof de violon, soucieux de mieux se connaître, ignore en effet que sa démarche égoïstement vitale le mènera à sauver les jeunots.

Dès lors, l’idée du bon samaritain de service est bannie, annulant par effet papillon le pathos qui aura pu accompagner cette symphonie sociale dans laquelle chaque comédien est au diapason d’un héros en or. Magnifiquement campé par la star brésilienne Lazaro Ramos, ce personnage dévoré par les doutes et les contradictions reste toujours à l’écoute de son rêve. Cet idéal, il le trouvera dans la force du collectif, de ce Brésil pluriel, palpitant, pour qui l’art, comme le foot, est un moyen de transcender le réel. Et de s’enfuir vers un bel ailleurs. 

A LIRE AUSSI >>  Jack Lang : "La Fête de la musique, c’est l’occasion de montrer qu’on refuse les diktats des intolérants"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : nouvelle forte baisse du nombre de patients hospitalisés en réanimation

"Mes choix sont toujours guidés par une seule idée, le bien de l'équipe de France", assure Didier Deschamps

EN DIRECT - Tensions au Proche-Orient : la France dépose une résolution à l'ONU pour un cessez-le-feu

Les variants sont-ils créés par les vaccins, comme l'affirme un ancien prix Nobel ?

Aveyron : une éleveuse sous le choc après l’attaque de sa jument par des vautours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.