"Les Gardiens de la galaxie 2" : pourquoi cette suite en a sous le capot

CINÉMA
DirectLCI
CRITIQUE - Star-Lord et ses acolytes reviennent protéger la galaxie avec la même verve, la même nonchalance et la même maladresse qui avaient fait la fraîcheur du premier volet. Si on est un peu moins surpris qu'il y a 3 ans, la superproduction signée James Gunn en a encore sous le capot. A découvrir en salles dès mercredi.

Près de trois ans que leur retour sur Terre est attendu. Forts de leurs 773 millions de dollars engrangés et d'une deuxième place au box-office mondial de l'année 2014, les Gardiens de la galaxie couraient le risque de succomber à la tradition hollywoodienne qui veut que les suites de blockbusters sont souvent bien moins bonnes que leurs originaux. Alors oui, les Gardiens de la Galaxie 2 n'échappent à cette règle. L'effet de surprise n'est plus là, le scénario connaît quelques faiblesses et le film peut sembler un peu plus lisse que le précédent. Mais les principaux ingrédients qui ont fait le succès du premier volet, à commencer par des effets spéciaux au poil et des répliques bien senties, sont là. Et on passe tout de même un très bon moment. La preuve en trois points.

  • 1Parce que c'est toujours aussi fun

    On reprend les mêmes et on recommence. Peter Quill/Star Lord (Chris Pratt), Gamora (Zoe Saldana), Drax (Dave Bautosta), Rocket (Bradley Cooper) et Groot (Vin Diesel) se retrouvent pris pour cible après une mission qui a mal tourné. L'occasion d'accueillir dans leur groupe complètement barré le père de Peter, Ego (Kurt Russell). On rit - beaucoup - face aux situations cocasses dans lesquelles cette joyeuse bande se retrouve. 


    Les vannes fusent, le vocabulaire châtié est à nouveau laissé au placard et les références pop-culture se multiplient, offrant à l'univers Marvel son plus beau caméo jusqu'à présent. On ne vous dira rien de l'identité de cet invité surprise, juste de rester jusqu'à la toute fin du générique qui comporte non pas une - comme c'est la tradition - mais quatre scènes supplémentaires.

  • 2Parce que la bande-son est toujours aussi entêtante

    Après l'"awesome mixtape volume 1" (super mixtape, ndlr) du premier film, suit logiquement le volume 2, tout aussi rock et entraînant qui vous ferait presque vous lever de votre fauteuil. Le film se déroule au rythme du lecteur cassette de Star-Lord et ses sons 70s-80s. Cat Stevens côtoie Fleetwood Mac, Electric Light Orchestra et George Harrison. Que du culte. La bande-originale contient même un inédit, écrit par le réalisateur James Gunn "dans l'application Notes à l'arrière de sa voiture en rentrant chez [lui]" et interprété par The Sneepers. Avec là encore, une apparition vocale de notre invité mystère.

  • 3Parce que Baby Groot

    On le confesse aisément, on a craqué en le voyant danser sur du Jackson Five dans son mini-pot de terre à la toute fin du premier film. Groot, devenu Baby Groot, est LE héros de ce nouveau volet. Il ne s'exprime toujours qu'avec trois mots ("Je suis Groot") mais entraîne à chaque fois des réactions attendries de la part des spectateurs dans la salle. En tout cas dans la nôtre. On vous met au défi de ne pas craquer devant ce petit être végétal qui vient même adoucir le très carré Vin Diesel, au doublage dans la version originale. En sortant de la salle, vous serez tous Groot.

Bonne nouvelle ? Les losers magnifiques de Marvel ont de beaux jours devant eux. Un troisième volet est déjà prévu, toujours réalisé par James Gunn. Chris Pratt, Zoe Saldana et Dave Bautista combattront eux aux côtés des Avengers dans Avengers : Infinity War, prévu pour le 25 avril 2018.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter