VIDÉO - Amanda Lear : "Les gens n’arrêtaient pas de me demander quand j’allais faire Edna 2 !"

CINÉMA
DirectLCI
INTERVIEW - 14 ans après "Les Indestructibles", Amanda Lear double de nouveau Edna, la styliste miniature qui relooke les superhéros du film de Brad Bird. Un personnage auquel la comédienne, actrice et animatrice est très attachée, comme elle l’a confié à LCI.

Elle est unique. Autrefois muse de Salvador Dali, chanteuse, actrice et animatrice télé, Amanda Lear a sans doute l'un des parcours les plus éclectiques et affolants de l'histoire du showbiz. De là à doubler un jour l'un des personnages animés des studios Pixar ? 14 ans après "Les Indestructibles", elle a retrouvé avec bonheur Edna, la mini styliste au caractère bien trempé pour la suite, en salles en France ce mercredi. Une collaboration qu'elle nous a racontée avec enthousiasme et pas mal d'humour...

LCI : Comment aviez-vous été amenée à doubler Edna dans le premier film ?

Amanda Lear : Par le plus grand des hasards, un Monsieur qui travaillait pour Disney m’a approchée avec une casquette de Mickey et m’a dit : 'J’ai ce personnage (elle sort devant nous la poupée d’Edna). Est-ce que vous aimeriez la doubler ?' Je me suis dit ‘il se fout de moi’ parce que physiquement, je trouvais que je ne ressemblais pas du tout au personnage. Mais l’important avec Edna, ce n’est pas son look, ni sa coiffure. C’est la façon dont elle parle. Ce ton péremptoire qui ne se discute pas. Et ça m’a plu. Je me suis aperçue ensuite que c’était un personnage qui n’a pas de superpouvoirs, mais qui était très important dans le premier film puisque c’est elle qui décide du look des Indestructibles. Comme le fait de ne plus mettre de cape parce que c’est démodé et qu’on se prend les pieds dedans ! Elle est devenue un peu culte pour des tas de gens qui n’arrêtaient pas de me demander quand j’allais faire Edna 2 !

LCI : Votre voix est très peu modifiée à l’écran, à tel point qu’on a l’impression que le personnage a été écrit en pensant à vous…

Amanda Lear : Quand on double, on a tendance à imiter le plus possible la voix originale. Sauf que dans la version originale, c’est Brad Bird (le réalisateur - ndlr) qui double Edna. Et qu'il la fait parler avec un petit accent allemand à la Karl Lagerfeld, qui s’exprime lui-même à 300 à l’heure avec ce ton très sec…. J’ai essayé de m’en rapprocher le plus possible mais je me suis rendue compte que ce n’était pas nécessaire de faire du copier-coller. Et alors je me suis servie un peu plus de ma voix à moi. Mais ça m'a fait penser à ces rôles qu’on m’a donnés au théâtre, des dames qui ont le verbe haut, qui disent ce qu’elles pensent. Ça m’a aidé beaucoup pour doubler Edna.

Là je viens de tourner un film en Italie où je joue une bonne femme qui fume des pétards, boit du champagne et drague des jeunes... On appelle ça une cougar !Amanda Lear

LCI : Que représente-t-elle dans votre carrière d’actrice plutôt éclectique ?

Amanda Lear : C’est drôle parce que la première fois que j’ai fait du cinéma, j’étais mannequin, toute mignonne, blonde. J’avais tourné dans un téléfilm sur la vie du compositeur Massenet. Je portais un costume d’époque, une grande robe, un rôle tout à fait gnangnan, amoureuse du héros. Ça ne m’avait pas vraiment plu et je ne me voyais pas là-dedans. Il a fallu attendre plusieurs années pour qu’on me propose des rôles qui me correspondaient un petit peu plus. Comme dans "Bimboland" où je jouais la mère d’Aura Attika, une mangeuse d’hommes. Des personnages féminins à la "Sex and the City", très sûres d’elles. Là je viens de tourner un film en Italie où je joue une bonne femme qui fume des pétards, boit du champagne et drague des jeunes. C’est très actuel : on appelle ça une cougar même si c’est un peu n’importe quoi. En tout cas j’ai l’impression qu’il y a plus de rôles pour moi !

LCI : Votre personnalité, très affirmée, ça a pu faire peur à certains ?

Amanda Lear : Bien sûr ! Il y a quelques années, on m’a proposé le rôle de Patsy dans la version française d’"Absolutely Fabulous". Le metteur en scène m’a vu et m’a dit : 'vous ressemblez trop à l’originale !' (Joanna Lumley –ndlr). J’ai répondu : 'c’est le but, non ?'. Sans doute parce que l’originale fait peur, du moins ici en France… (C’est Nathalie Baye qui a finalement décroché le rôle – ndlr).

LCI : Vous avez toujours été sûre de vous comme vous en donnez l’impression ?

Amanda Lear : Comme toutes les filles de mon âge j’ai été amoureuse, gnangnan, idiote. Tout le monde passe par là. Et après on affirme un peu plus sa personnalité et on dit un jour 'je sais ce que je veux'. Le secret, c’est qu’il faut s’accepter tel que l’on est. Le théâtre m’a beaucoup aidé pour ça. Mais pendant des années, j’étais angoissée, très angoissée.

LCI : "Les Indestructibles 2" est un film très féministe puisque c’est Monsieur s’occupe des enfants pendant que Madame sauve l’humanité. Ça doit vous faire plaisir, non ?

Amanda Lear : Je pense que c’est bien vu de la part de Pixar. Ils suivent l’actualité, ils sont bien dans notre société par rapports aux Disney d’autrefois comme Blanche-Neige et tous ces contes de fées. Là, plus du tout ! On est dans l’époque actuelle et c’est beaucoup plus réaliste.

LCI : Prête pour un troisième volet ?

Amanda Lear : Ce serait bien qu’on kidnappe Edna et que les superhéros volent à son secours, vous ne trouvez pas ? Mais s’ils mettent encore 14 ans, je ne sais pas si j’y serai encore ! (rires).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter