"Les Têtes de l’emploi" : bataille judiciaire entre Franck Dubosc et Jérémy Ferrari

CINÉMA
DirectLCI
RÉCLAMATION – L’humoriste, à l’origine du scénario des "Têtes de l’emploi", estime que le résultat final a été dénaturé par l’équipe du film. Il a donc poursuivi ses anciens collaborateurs, dont l’acteur Franck Dubosc, qui tient le rôle principal.

Peu de gens le savent, mais le film les "Têtes de l’emploi", mettant en scène Franck Dubosc dans la peau d’un conseiller Pôle Emploi, doit son scénario original à Jérémy Ferrari. Mais aujourd’hui, l’humoriste est en pleine bataille judiciaire avec la production du film. Il reproche à la société JS Productions et à Franck Dubosc d’avoir transformé son scénario pour ne plus en respecter l’esprit.


C’est en avril 2012 que l'humoriste exprime son intention d’écrire et de réaliser une comédie sociale sur le chômage, en restant fidèle à son ton acerbe. Quelque mois plus tard, une première version du scénario voit le jour. Le script séduit et la société JS Productions acquiert les droits de production. Cependant, la situation tourne mal lorsque le scénario est en parti réécrit. Par la suite, Franck Dubosc accepte le premier rôle à condition de pouvoir lui aussi modifier le scénario. De même, les deux réalisateurs du long-métrage, Alexandre Charlot et Franck Magnier, décident de raccourcir le script et de le rendre plus cinématographique. Si bien qu’à la réception, en juin 2015, d’une version modifiée de son script, Jérémy Ferrari exprime son "profond désaccord sur la réécriture du texte", comme l’affirme une décision de justice obtenue par BFM Business début janvier.

"Une comédie classique, facile et lissée"

Il estime que le nouveau script est trop peu conforme à l’esprit de son projet initial. Lui souhaitait "réaliser un film social et provocateur", or la version proposée est devenue "une comédie classique, facile et lissée". L’auteur décide alors de se dissocier du projet et souhaite qu’une solution à l’amiable permette de le dédommager financièrement. Cependant, les négociations n’aboutissent pas et lorsque Jérémy Ferrari apprend que le tournage du film a débuté, il saisit la justice. Sont ainsi assignés devant le Tribunal de grande instance de Paris JS Production, ainsi que toute personne ayant intervenu sur le scénario original, dont les réalisateurs et Franck Dubosc. L’humoriste indique qu’en réalisant le film sans lui, la production n’a pas respecté son contrat, et que son droit moral d’auteur est gravement atteint en raison de la réécriture du scénario.

Un dédommagement à 600 000 euros ?

Ainsi, Jérémy Ferrari réclame 400 000 euros de dédommagement au titre de préjudice matériel et 200 000 euros au titre de préjudice moral. Selon les documents obtenus par BFM Business, datés de novembre dernier, la justice a débouté l’humoriste au motif qu’il a décidé lui-même d’arrêter sa collaboration au projet. Les juges ne se sont cependant pas prononcés sur la question du respect du droit d’auteur. L’audience ayant eu lieu avant la sortie du film, les images n’ont pu être visionnées. Mais Jérémy Ferrari ne compte pas en rester là, et a fait appel de cette décision début 2017.

En vidéo

Portrait : Franck Dubosc, des fins de mois difficiles à la célébrité

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter