"Lolita malgré moi" débarque à Broadway : pourquoi c'est un film culte

"Lolita malgré moi" débarque à Broadway : pourquoi c'est un film culte

DirectLCI
SO FETCH - Les pestes du lycée qui a fait vriller Lindsay Lohan seront dès le printemps les héroïnes d'une comédie musicale à New York. A l'écriture ? La comédienne Tina Fey, déjà auteur du scénario du long-métrage "Lolita malgré moi" ("Mean Girls, en VO), qui a marqué toute une génération.

Tremble, Broadway. Car dès le 8 avril, tu vas compter parmi tes pensionnaires la bande de filles la plus insupportable que le cinéma ait connu. Les Mean Girls - "mauvaises filles" devenues "Lolita malgré moi" en VF - viendront faire (dé)chanter les spectateurs du August Wilson Theatre de New York dans l'adaptation sur scène d'un des films les plus cultes des années 2000. En musique, s'il vous plaît. 


Le livret sera signé de la comédienne Tina Fey, déjà auteure du scénario orignal, qui promet déjà, dans une interview à EW, de conserver "l'ADN et l'esprit" du long-métrage devenu culte pour toute une génération. Le lycée. Ses bandes. Ses histoires. Le tout narré avec un humour décapant sur fond de répliques incendiaires aujourd'hui encore dans les mémoires. 

 Avril 2004. Les Mean Girls secouent le box-office dès leur arrivée en salles aux Etats-Unis. Le (petit) budget de 17 millions de dollars est déjà rentabilisé à l'issue du premier mois d'exploitation. La clé du succès ? Des personnages qui viennent jouer à outrance avec les codes de l'adolescence si souvent vus dans les films jusque-là. A commencer par les "Plastiques", reines de l'école abonnées aux talons et au rose bonbon (mais seulement le mercredi), qui prennent sous leur aile Caddie, qui découvre la vie au lycée après avoir passé toute sa vie en Afrique. Persécution, hypocrisie et amitié, les groupes se lient et se délient en suivant une même courbe : celle de la popularité. Et avouons-le, nous l'avons tous un peu cherchée. Parfois jusqu'à s'y perdre, comme Caddie.

Un casting de jeunes actrices devenues stars à Hollywood

Alors on se reconnaît forcément un peu dans l'un des protagonistes, même si leurs caractères sont poussés au maximum - que ce soit la cruelle Regina et sa mère complètement folle, la discrète Janis, la naïve Karen capable de dire s'il va pleuvoir en se touchant la poitrine ou le timide Damian qui commence à assumer son homosexualité. Et on pense forcément à la chorégraphie d'Amy Poehler et aux filles habillées en Père Noël en entendant "Jingle Bell Rocks". 

La force du film réside aussi dans son casting 5 étoiles à une époque où Lindsay Lohan (Caddie) était encore capable de monter des films sur son seul nom, où Rachel McAdams (Regina) n'avait pas encore été nommé à l'Oscar et où Amanda Seyfried (Karen) n'avait pas encore fait chanter Mamma Mia ! à ses trois pères potentiels.

En vidéo

JT 20H - De la musique au théâtre : promenade dans Broadway

Et que fait Hollywood quand il veut surfer sur le succès d'un film culte ? Une suite, évidemment. Lolita malgré moi 2, sorti sous la forme d'un téléfilm en 2011, n'arrive pas à la cheville du premier. Sur le très sérieux site Rotten Tomatoes, qui compile les critiques, il ne recueille que 32% d'avis favorables contre 84% pour son aîné. Preuve qu'il n'y a rien d'aussi "fetch" - néologisme que les Plastiques tentent d'imposer pour dire "cool" - que l'original.

Plus d'articles

Sur le même sujet