Louis Jourdan, le dernier "French Lover d'Hollywood" est décédé

Louis Jourdan, le dernier "French Lover d'Hollywood" est décédé

CINÉMA
DirectLCI
NÉCROLOGIE - Louis Jourdan fait partie de ces acteurs français plus connus aux Etats-Unis qu'en France. Star de films tels que James Bond : Octopussy, Gigi ou Le Compte de Monte-Cristo, celui que l'on appelait le "French Lover" s'est éteint à l'âge de 93 ans, à Los Angeles.

Le dernier des "French Lovers d'Hollywood" nous a quitté ce week-end. Louis Jourdan, acteur français particulièrement connu aux Etats-Unis, est décédé de causes naturelles samedi 14 février, dans sa maison de Beverly Hills. La nouvelle a été annoncée à l'AFP par l'animateur Olivier Minne, qui est également son biographe officiel.

Acteur depuis l'âge de 18 ans, il avait fait ses premiers pas au cinéma en 1939, juste avant le début de la Seconde Guerre Mondiale. A l'époque, il avait décidé de mettre sa carrière entre parenthèses pour s'engager dans la résistance, avant de partir faire carrière aux Etats-Unis à la fin de la guerre, engagé par David O. Selnick pour le film d'Alfred Hitchcock Le procès Paradine.

Un "homme orchestre" qui a marqué plusieurs domaines

Acteur au théâtre comme sur grand-écran, animateur télévision , mannequin... Louis Jourdan a touché un petit peu à tout, même si sa principale passion restait le 7ème art. Il était un grand habitué des rôles de "beau gosse" à la française dans les films hollywoodiens. D'où son surnom de "French Lover", qu'il partageait avec des acteurs tels que Maurice Chevalier et Jean-Pierre Aumont.

Parmi ses rôles les plus connus, on retrouve notamment celui de Gaston Lachaille dans Gigi, Edmond Dantès dans Le Compte de Monte-Cristo, ou encore le méchant Kamal Khan dans le James Bond Octopussy, signé John Glen. Sa dernière apparition à l'écran remonte à 1992 dans Year of the Comet de Peter Yates. Il avait été décoré le la Légion d'Honneur en 2010. Olivier Minne travaille actuellement sur sa biographie, ainsi qu'à un documentaire sur sa carrière.

En vidéo, (re)découvrez-le dans Octopussy :

Lire et commenter