Lucas Hedges : vous allez craquer pour la jeune révélation du film "Manchester by the sea"

DirectLCI
PORTRAIT. Vous allez l'adorer dans "Manchester by the sea", mélodrame sublime en salles mercredi prochain : Lucas Hedges s'impose comme la révélation fracassante de ce nouveau long métrage porté haut et fort par Casey Affleck et Michelle Williams et on parie déjà sur lui pour un Oscar du meilleur second rôle. L’avenir lui appartient.

Qu’est-ce donc que ce Manchester by the sea, avec Casey Affleck et Michelle Williams, dont vous allez entendre parler ces prochaines semaines jusqu’à la prochaine cérémonie des Oscars? Déjà, pour commencer, l’un des meilleurs films de l’année 2016. Comme ça. Disons-le tout net. Un drame déchirant qui rappelle la qualité d’un cinéma indépendant américain que l’on a tant aimé dans les années 70-80, sensible aux uns et aux autres, remarquablement dialogué, joué, scénarisé et confirme tous les espoirs placés en son réalisateur: Kenneth Lonergan, réalisateur dramaturge soutenu par Martin Scorsese à qui l'on doit un précédent film maudit, et pourtant bien beau, intitulé Margaret dans lequel la jeune Ana Paquin essayait de se révolter contre l’injustice de ce bas monde et réalisait à quel point cette épreuve était impossible. 


Mais alors qu’on vous incite à voir ce Manchester by the sea avec un paquet de kleenex, on doit aussi avouer que ce film parvient, en dépit de la tragédie, à dérider les zygomatiques. L’humour inattendu, impoli, irrésistible, on le doit à un jeune acteur, Lucas Hedges, enfant de la balle et fils du réalisateur Peter Hedges (Pieces of April), qui apporte la luminosité, l’humour, la décontraction dont le film et son tonton flingué par la vie (Casey Affleck) ont besoin. 


De quoi parle Manchester by the sea? De ce dont on ne se remet jamais et de l’obligation de rester debout, malgré tout. Lee (Casey Affleck) perd son frère (Kyle Chandler) et il doit revenir à Manchester, petite bourgade portuaire du Massachusetts, non seulement pour les obsèques et retrouver sa famille, mais aussi pour la lecture du testament. Chez le notaire, alors qu’il s’attendait qu’on parle du bateau de pêche ou de la maison, l’exilé apprendra que le défunt lui a confié la mission de devenir le tuteur de son fils, Patrick (Lucas Hedges). Le vanneur et débonnaire Patrick qui est dévoré par ses pulsions adolescentes et dont la fraicheur se marie merveilleusement avec la tristesse inconsolable de Lee. 

J’ai auditionné Lucas parmi de nombreux ados et il était le meilleur. Kenneth Lonergan

Ce n’est pas la première fois que l’on voit Lucas Hedges, aujourd’hui âgé de 19 ans, au cinéma. Depuis son jeune âge, il tourne. Beaucoup. A deux reprises chez Wes Anderson (Moonrise Kingdom, The Grand Budapest Hotel). Chez Terry Gilliam (The Zero Theorem) et Michael Cuesta (Secret d’état). Prochainement dans Three Billboards Outside Ebbing, Missouri de Martin McDonagh et Lady Bird, le premier long métrage en tant que réalisatrice de la comédienne Greta Gerwig. Kenneth Lonergan n’a pas eu besoin du coup de fil de papa Peter pour prendre Lucas. 


En interview, le cinéaste nous assure: "C’est une incroyable révélation, la même que j’avais eue avec Anna Paquin sur Margaret. Je l’ai auditionné parmi de nombreux ados et il était le meilleur. Il avait 16-17 ans au moment du tournage et je pense que de jouer un personnage aussi complexe a été très intense pour lui. Avant de tourner, je me suis rendu compte qu’il avait du talent mais pas forcément la technique. Il est natif de New York, il est extrêmement consciencieux à l’idée de bien faire, il a pris l’accent du New Hampshire et joue toute en finesse, pas du tout dans l’agressivité. Exactement ce qu’il fallait."


Dans une interview au DailyNews, Lucas Hedges confirme. Manchester by the sea est, de son propre aveu, une expérience qui marquera un avant et un après dans sa carrière et dans sa vie: "J’ai été là où je n’ai jamais été auparavant en tant que comédien." Un engagement qui donne lieu à une performance éblouissante dont vous reparlerez et dont on reparlera. Bientôt. Sans doute en février prochain. Pendant une certaine cérémonie de statuettes dorées.

En vidéo

Manchester by the Sea : extrait 4

Lire aussi

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter