Mais qui est Felicity Jones, la partenaire de Tom Hanks dans "Inferno" ?

CINÉMA
RENCONTRE – C’est la nouvelle star hollywoodienne du moment. A l’affiche ce mercredi de "Inferno", la comédienne britannique Felicity Jones enchaîne les blockbusters et les films à Oscars. Présentation, avant ce qui s’annonce déjà comme l’un des plus gros films de sa carrière : "Rogue one", le prochain spin-off de la saga "Star Wars".

Le public l’a découverte en épouse dévouée de Stephen Hawking dans Une merveilleuse histoire du temps en 2015. Deux ans plus tard, Felicity Jones, nommée à l’Oscar pour le biopic sur le physicien, est sur tous les fronts. Cette semaine, elle devient le sidekick féminin de Robert Langdon dans l’adaptation du roman Inferno de Dan Brown. "Mon personnage est compliqué, a de la suite dans les idées, et une certaine singularité puisqu’elle a beaucoup de TOC."


Physique, courant les rues de Florence avec Tom Hanks pour attraper un terroriste prêt à répandre un dangereux virus, la Britannique de 33 ans joue les femmes d’action pour la première fois grâce au blockbuster de Ron Howard. "J’adore ça. C’est un nouveau défi. (...) J’ai toujours fait beaucoup de sport, de la course, de la natation, etc... J’aime mettre cela à profit dans mon boulot."

En vidéo

Bande annonce du film "Inferno"

Travailler avec des soldats de l’Empire et leur casser la figure, c’est assez fun ! Felicity Jones

La preuve : le 14 décembre, la jeune femme sera l’athlétique Jyn Erso, l’héroïne de Rogue One, spin-off musclé de la franchise situé entre La revanche des Sith et La guerre des Etoiles. Sa mission intergalactique ? Voler les plans de l’Etoile Noire avec un groupe de rebelles. "Ce film a été l’une des expériences les plus incroyables de ma vie. Travailler avec des soldats de l’Empire tous les jours et leur casser la figure, c’est assez fun ! Jyn est un personnage génial : déterminé, débrouillard, cool."

Un rôle aux antipodes de la mère cancéreuse qu’elle incarnera le 4 janvier dans Quelques minutes après minuit, conte fantastique de Juan Antonio Bayona (L’Orphelinat, The impossible). Accro à son travail, l’actrice tourne sans arrêt depuis ses débuts dans des séries télé anglaises à l’âge de 15 ans. "J’ai commencé à jouer très jeune : ça a quasiment toujours fait partie de ma vie. J’ai toujours voulu raconter des histoires. Mon frère est monteur de documentaires : ça doit être dans nos gênes." 

J'admire Meg Ryan et Isabelle HuppertFelicity Jones

Son père est pourtant journaliste. Sa mère, chargée de pub. Mais c’est son oncle, l’acteur Michael Hadley, qui fera naître sa vocation quand elle le verra sur scène à l’âge de 8 ans. Puis, à l’adolescence, Samantha Morton (Accords et désaccords, Minority Report) deviendra l’un de ses modèles. "J’étais obsédée par son travail. Elle a cette précision et ce naturalisme dans le jeu. J’admire aussi le tempo comique de Meg Ryan et Isabelle Huppert qui déchire dans tout ce qu’elle fait."


Seul le temps dira si la carrière de Felicity égalera un jour celle de la Française mais une chose est sûre : en attendant, avec Star Wars, elle déchirera tout au box-office.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter