Marc Dorcel, un Éros très discret

Marc Dorcel, un Éros très discret

CINÉMA
DirectLCI
PORTRAIT – Marc Dorcel, 80 ans, est un nom connu de tous les Français. Un nom qui est devenu une marque, celle qui a fait entrer la luxure dans les foyers français. A l'occasion de ses 35 ans d'activité, rencontre avec un homme discret et élégant, à des années-lumière de l'idée qu'on pourrait se faire du magnat du porno français.

"Dans l'esprit des gens, je suis entouré de belles nanas qui travaillent en porte-jarretelles". Et pourtant, la première chose que vous remarquez quand vous rencontrez Marc Dorcel, ce n'est pas l'assistante en dessous sexy qui vous offre le café - il s'en charge. Non, ce qui saute aux yeux, ce sont les siens, bleus comme des oranges , dans lesquels pétillent des éclats d'enfance. Pourtant, lui se voit comme un "vieux bonhomme" et affirme ne plus fêter ses anniversaires depuis 20 ans. Assis à son bureau encadré par les affiches de ses films et ses nombreux hots d’or , le septuagénaire, vêtu d'un costume de lin beige, est élégant. Et contrairement à ce qu'il croit, le rencontrer ne "casse pas le mythe", il le sublime.

"Les 69 joies de l'amour"

Son ascension, il la résume en une phrase : "J'ai su saisir des opportunités et faire ce métier auquel je n'étais pas prédestiné". La première opportunité, c'est d'acheter et de revendre des livres à l'eau de rose. "Il fallait des titres ronflants comme Les 69 joies de l'amour, qui n'avait rien à voir avec 69 positions". Premier succès avec une alliée inattendue : la censure, "impitoyable".

"Il y avait une demande très forte du fait de la frustration générale". Puis ce fils d'immigré hongrois se lance dans la publication de romans érotiques. Mais pour vendre, il doit faire vite car un livre a une durée de vie commerciale de trois mois environ. "Il pleuvait des interdictions". Mais là encore, le succès est au rendez-vous. Le problème, c'est que le filon s'épuise. "Les gens voulaient plus, plus plus". Déjà.

"J'étais comparé à un dealer"

Alors, il a fallu offrir plus. L'homme d'affaires se lance dans le roman-photo. "Érotique d'abord", pornographique ensuite. Et logiquement, arrive la vidéo. La mise en place est la même que pour un roman-photo, sauf qu'en plus de clichés, il tourne avec une caméra super 8. Sur son son premier film, Marc Dorcel est catégorique : "J'ai honte du résultat". Il faut dire que cet artiste contrarié est très attaché à la qualité technique et artistique de ses productions.

Mais le public n'est pas si exigeant, fasciné par des vidéos pornos qu'il peut regarder sur magnétoscope à une époque où ce genre n'est accessible qu'en salle spécialisée. Résultat : 6 000 copies s'arrachent. Dorcel vient de faire entrer la luxure dans les foyers français. Nous sommes en 1979. "Dans certains milieux de la société, j'étais un pornocrate pervers qui faisait un boulot non recommandable. J'étais parfois comparé à un vendeur de drogue ou à un proxénète".

"La main où il ne faut pas"

Et pourtant, Marc Dorcel est à des kilomètres de l'image que l'on peut se faire du pape du porno français. "Quand on le rencontre, on s'attend un peu à Hugh Heffner , mais pas du tout. Marc Dorcel est très calme très doux, très gentil et très timide" raconte Anna Polina, 24 ans et ancienne égérie de la "maison". La nature réservée de Marc Dorcel éclate au grand jour quand on lui demande de nous raconter son premier amour : "J'avais 15 ou 16 ans et j'ai réussi à draguer une fille. Et j'ai fini par mettre la main où il ne faut pas. Après, je suis rentré chez moi la gorge serrée".

"La main où il ne faut pas" ou quand le pape du porno français parle de sexe avec des mots pour le moins pudiques. Alors que des milliers d'hommes anonymes bien loin de ce milieu peuvent se conduire comme des mufles, Dorcel n'est "pas libertin, pas coureur, pas dragueur" comme le précise Marie Laurence de Rochefort, son attachée de presse et complice depuis trente ans, qui le couve d'un regard tendre et termine parfois ses phrases.

Profession : "défrustreur"

Cette jolie femme brune a la poitrine serrée dans un chemisier rouge. Sa féminité semble imperméable au temps qui passe. La démarche chaloupée par une paire de hauts talons, elle pourrait être l'allégorie de "la femme Dorcel". Les yeux dans le vide, l'auteur du concept développe : "C'est une femme sophistiquée, élégante, les seins naturels, maquillée juste ce qu'il faut, sensuelle, avenante, BCBG". Une femme qui renvoie aux images de pin-ups américaines "aux longues jambes" qui lui a causé ses premiers émois d'adolescents dans les années cinquante.

La femme Dorcel porte aussi porte-jarretelles, guêpière, bas… À une époque, le début des années quatre-vingt, où "les gens ne mettaient pas d'argent dans la lingerie", Marc Dorcel estime que ses productions "défrustrent" le public. Dernier élément de la "patte Dorcel", les contrastes de milieux sociaux : "La soubrette et le bourgeois, la bourgeoise et le mécanicien." 

"Je filme des fantasmes"

Pense-t-il avoir influencé l'activité sexuelle des Français ? Peut-être, mais à son corps défendant : "Je filme des fantasmes". Pour lui, son art est "un substitut à l'activité sexuelle normale". "J'ai jamais prétendu apprendre la sexualité à quiconque". Dans le même registre, Marc Dorcel veut rappeler qu'au début, la taille ne comptait pas. "On s'en foutait des mecs bien membrés.

On voulait juste qu'ils fonctionnent quand il fallait qu'ils fonctionnent". "Les gens ont une fausse idée des acteurs de films pornos : le mec est membré sur la séquence, c'est la magie du cinéma, ils oublient qu'on tournait trois ou quatre heures de rush pour 8 minutes de scène au final".

Séquence fellation-séquence sodomie-séquence éjaculation

Avec le streaming porno, style YouPorn, la "magie du cinéma" a pris un sacré coup dans l'aile. "C'est un mal extraordinaire pour notre activité". L'entrepreneur se désole de productions avec des positions extrêmes "qu'on ne ferait même pas dans la vie".

S'il se voit comme un "puriste" qui produit des films léchés, doublés en 36 langues, il fait aujourd'hui figure d'extraterrestre. "La plupart des confrères font des séquences pour le Net : séquence fellation - séquence sodomie - séquence éjaculation". Un changement d'époque qui en aurait poussé plus d'un vers la retraite.

"Le plus grand, c'est Mozart"

Car aussi bien qu'un comptable ne passe pas sa vie à penser aux chiffres, Marc Dorcel ne pense pas qu'au sexe et, précise-t-il, "a une libido normale". Quand il n'est pas au bureau, l'homme discret, " toujours surpris" quand on lui demande un autographe, part en week-end à la mer. "J'aime les grands espaces". "Marc s'émerveille facilement, il est contemplatif. Il se satisfait d'un rien, comme d'une belle paire de chaussures" développe Marie Laurence.

Il écoute aussi de la musique classique : "Le plus grand, c'est Mozart". Mais malgré tout ça, il dit "appréhender" la cessation d'activité et tranche : il n'y aura "pas de retraite". Même si aujourd'hui, c'est son fils Grégory qui est au commande du groupe : "Je suis émerveillé par l'évolution qu'a prise la société sous sa direction".

"Il n'est jamais trop tard"

Marc Dorcel n'a pas de diplôme à part son certificat d'études. Dans une autre vie, il a fondé une entreprise de transport, les "Transports Dorcel", sans succès : "Les camions pétaient". "À une époque, Marc, c'était un peu un looser" enfonce Marie Laurence.

"J'ai commencé mes activités dans l'érotisme à 36 ans. Les gens te disent toujours que c'est trop tard, alors que ce n'est jamais trop tard ". Avant de livrer la recette du succès : "Il faut une bonne idée et un peu de chance". Et saupoudrer le tout d'une pincée d'élégance.

Sur le même sujet

Lire et commenter