Mark Osborne : "J’ai voulu 'Le Petit Prince' divertissant mais aussi très fidèle au livre"

Mark Osborne : "J’ai voulu 'Le Petit Prince' divertissant mais aussi très fidèle au livre"

ANIMATION - Mark Osborne, réalisateur du "Petit Prince", en salles ce mercredi, revient pour metronews sur ce projet ambitieux et magique.

Adapter l’inadaptable
"Quand on m’a proposé ce projet la première fois, j’ai refusé car il me semblait impossible d’adapter un livre aussi iconique. Il y a autant d’interprétations que de lecteurs, ce qui complique la tâche. Et puis, j’ai réfléchi : il ne fallait pas faire une adaptation classique mais raconter justement le sentiment que l’on peut avoir à la lecture. C’est comme ça qu’est née l’histoire de la petite fille qui se dessine en parallèle de celle du Petit Prince : totalement nouvelle, elle m’offre l’espace de liberté qui me permet de garder intact le roman et de protéger les émotions qu’il véhicule. Tous les artisans qui ont travaillé sur ce film ont d’ailleurs suivi au pied de la lettre les mots de l’aviateur dans le livre : "Je ne veux pas que mon histoire soit prise à la légère."

Retomber en enfance
"Pour moi, tout tient dans une phrase du roman : "L’essentiel est invisible pour les yeux." J’ai tout orienté autour de cette idée. Et autour de l’idée qu’il ne faut pas oublier son enfance, et la liberté et l’innocence qui l’accompagnent. C’est ce que vit l’aviateur dans l’histoire originale, ce que j’ai vécu en découvrant le roman et ce qu’expérimente la petite fille dans le film. C’est grâce au Petit Prince qu’elle aura enfin l’enfance qu’elle n’a jamais eue."

S’adresser à tous
"Au départ, les gens croyaient que Le Petit Prince était un livre pour enfants. Mais dès qu’un adulte le lit, il réalise qu’il lui parle tout autant, sans doute même davantage. C’est exactement ce que je voulais pour le film : que les parents constatent en accompagnant leurs enfants que ce long-métrage leur est aussi adressé. Il y a de nombreux niveaux lectures. Un enfant ne saisira pas toutes les problématiques mais trouvera de quoi s’amuser et rêver. J’ai voulu le film divertissant mais aussi très fidèle au livre."

Varier les techniques
"L’animation n’est pas un genre mais une technique. Et, à ce titre, pourquoi ne pas adapter l’image aux différents personnages et parties de l’histoire ? Comme je voulais un contraste marqué entre la réalité et l’imagination, j’ai ainsi joué le full numérique pour le monde de la fillette et le stop motion avec des personnages et des décors en papier pour celui du Petit Prince. La stop motion, pour moi, c’est le retour à l’enfance, le lien avec la façon dont mon imagination fonctionnait à l’époque et la capacité que j’avais à créer des univers avec un crayon et du papier."
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 37.000 cas détectés ces dernières 24 heures en France

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

Covid-19 : Belgique, Italie, Allemagne... l'Europe confrontée au variant Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.