"Mes copines sont au lycée" : la blague douteuse de Jean-Luc Lahaye dans "Stars 80, la suite" finalement supprimée"

"Mes copines sont au lycée" : la blague douteuse de Jean-Luc Lahaye dans "Stars 80, la suite" finalement supprimée"

MARCHE ARRIÈRE - Thomas Langmann, producteur du film "Stars 80, la suite", a annoncé dimanche la suppression au montage de la scène dans laquelle le chanteur Jean-Luc Lahaye, condamné notamment pour corruption de mineure, déclare que "ses copines sont au lycée". L'extrait avait notamment suscité l'indignation de l'association La Voix de l'enfant.

La polémique a eu raison de la scène. Thomas Langmann, producteur du film "Stars 80, la suite", a annoncé la suppression au montage de la scène plus que douteuse, présente dans la bande-annonce du film, dans laquelle le chanteur Jean-Luc Lahaye déclare que "ses copines sont au lycée". Dans la foulée de la publication de la bande-annonce, l'extrait avait suscité l'indignation de l'association la Voix de l'enfant. 

"Je trouve ça triste qu'on ne puisse plus plaisanter..."

Cette dernière avait demandé ce vendredi que ce passage "révélant à nouveau l'attirance" du chanteur "pour des lycéennes et faisant référence à sa  condamnation" soit retiré. C'est désormais chose faite. "Le producteur et réalisateur Thomas Langmann a pris la décision de couper la scène incriminée", a indiqué ce dimanche l'attaché de presse de "Stars 80, la suite" à l'AFP, qui précise néanmoins que le chanteur Jean-Luc Lahaye demeure au casting du film dont la sortie est prévue le 6  décembre.

Auprès de LCI, ce dernier (diptyque Mesrine, The Artist, Un moment d'égarement...), a précisé avoir coupé cette scène "sans être content de prendre cette décision. Je ne veux pas qu'on résume Stars 80 à cette polémique. [...] Mais je trouve ça bien triste que, dans une comédie, une fiction, on ne puisse plus plaisanter..." Même si la plaisanterie est mise dans la bouche d'un chanteur condamné à deux reprises pour corruption de mineurs ? Et Thomas Langmann de prendre l'exemple de plusieurs films datant des années 70 qui, à l'entendre, "n'existeraient plus aujourd'hui", pour critiquer la pression qu'il a reçue : "Beau-père, de Bertrand Tavernier, Les Valseuses... Combien de films auraient ces associations-là aux trousses ?" 

Lire aussi

Jean-Luc Lahaye n'a "jamais eu la moindre intention de blesser"

Par la voix de son avocat, le chanteur explique qu'il n'a "jamais eu la moindre intention de blesser, de choquer ni de heurter quiconque" et regrette "vivement si cela a pu être le cas". "La plaisanterie litigieuse, consistant en un trait d'humour ironique et dérisoire s'inscrit uniquement dans le caractère comique de la réalisation", a ajouté l'avocat de Lahaye.

Le 18 mai 2015, Jean-Luc Lahaye, 64 ans, avait été condamné à un an d'emprisonnement avec sursis pour corruption de mineure, pour avoir demandé à une jeune fille de 14 ans de s'adonner à des jeux sexuels par webcam interposée. L'ex-gloire des années 80 avait également été condamné en 2007 à 10.000 euros d'amende pour des relations sexuelles avec une mineure de 15 ans.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - La Chine reconnaît que le variant Omicron va compliquer l'organisation des JO d'hiver à Pékin

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Joséphine Baker : quand un cercueil entre vide (ou presque) au Panthéon

Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.