Michael Keaton : l'acteur va vous impressionner dans "Le Fondateur"

CINÉMA
DirectLCI
PORTRAIT. Michael Keaton ressemble à un miraculé. Après une longue traversée du désert, l'acteur est de nouveau au sommet de la vague Hollywoodienne. Revenu avec "Birdman" et "Spotlight", il impressionne de nouveau dans "Le Fondateur", en salles le 28 décembre.

"Je n'ai jamais vraiment rêvé d'être célèbre. C'est très amusant, mais ce n'est vraiment pas ce que j'avais en tête. J'ai toujours voulu être bon, et c'est tout. Et honnêtement, pour tout vous dire, je pense que parfois je le suis, et que parfois je suis vraiment super bon." C’est ce qu’affirmait non sans humour l’acteur de 64 ans en évoquant les hauts et bas de sa carrière comme une quête perpétuelle de progrès, conscient du monde dans lequel il vit. 


Au moment de recevoir son étoile sur le Hollywood Walk Of Fame, Michael Keaton avait profité de son discours pour louer son ami la star du basket-ball Michael Jordan et pour réaffirmer son engagement, son incapacité à rester plus longtemps silencieux face aux tensions entre Noirs et policiers aux Etats-Unis, et plus généralement face aux tensions raciales dans le pays. Preuve que l’acteur n’a jamais perdu le sens de la réalité. 


Aujourd’hui à l’affiche du long métrage Le Fondateur, racontant l’histoire de la naissance de l’empire McDonald’s, Michael Keaton a remporté un Golden Globe - et une nomination aux Oscars - pour Birdman d'Alejandro Iñarritu, sur un ancien acteur de films de super-héros tentant de revenir sur le devant de la scène. Birdman célébrait et écorchait les comédiens avec un humour féroce ("T'as envie de te refaire faire quelque chose ? On va demander au chirurgien de Meg Ryan !"). Il touchait aussi par sa poésie, son regard à la fois acide et bienveillant sur des états d'âmes d'artistes qui ressemblent aussi à ceux de tout un chacun. 

Lire aussi

En vidéo

Le Fondateur : extrait 1 - La Première Expérience fast-food

Je ne me suis jamais senti aussi peu lié à un personnage dans "Birdman"Michael Keaton

Birdman pouvait faire évidemment écho à la propre trajectoire de Michael Keaton, faisant un retour sur le devant de la scène, au sens propre, après avoir interprété Batman il y a 20 ans puis avoir vu sa carrière ralentir. A la fin des années 1990, Keaton s'est retrouvé relégué aux séries B et aux rôles mineurs jusqu'à ce que son interprétation de Riggan Thomson dans Birdman, Oscar du meilleur film de l'année en 2015, ne relance sa carrière. 


A la surprise générale, le comédien dont le vrai nom est Michael Douglas - il avait pris un pseudonyme pour éviter la confusion avec la star fils de Kirk - affirmait que ce film avait beaucoup plus à voir avec Alejandro Iñarritu qu'avec lui. "En termes de parallèle, je ne me suis jamais senti aussi peu lié à un personnage dans Birdman, mais je l'ai compris à beaucoup de niveaux parce qu'il était si viscéral, vrai et humain. "  


Le second film qui marque une étape importante dans la rédemption artistique de Michael Keaton, c’est Spotlight de Thomas McCarthy qui rendait hommage au journalisme d'investigation en racontant le scandale de pédophilie ayant impliqué la hiérarchie catholique à Boston et révélé au début des années 2000. Michael Keaton jouait les journalistes aux côtés de Mark Ruffalo et Rachel McAdams. 


Au-delà du sujet central de la pédophilie dans l'Eglise, Spotlight était aussi l'occasion de célébrer le journalisme d'investigation. Il s'inscrivait dans la tradition des films sur le journalisme comme Les hommes du président d'Alan J. Pakula, qui racontait l'histoire vraie de l'enquête menée par les journalistes qui ont révélé le scandale du Watergate. Le résultat était très apprécié, croulant sous les nominations, et glanait au passage l’Oscar du meilleur film en 2016. 


A sa façon, Le Fondateur apporte sa pierre à l’édifice : l’acteur, impeccable dans le registre de l’ambiguïté, confirme la bonne tenue de son come-back.

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter