Michael Moore donne 5 raisons pour lesquelles Donald Trump va gagner

CINÉMA

POLITIQUE – Michael Moore est engagé depuis plusieurs mois contre Donald Trump, candidat des Républicains à la prochaine élection présidentielle américaine. Mais pour le réalisateur des documentaires "Bowling for Columbine" et "Fahrenheit 9/11", Hillary Clinton a déjà perdu la bataille.

Pas besoin de boule de cristal. Pour Michael Moore la victoire de Donald Trump à la prochaine élection présidentielle américaine ne fait aucun doute. Le réalisateur des documentaires Bowling for Columbine et Fahrenheit 9/11 a publié sur son site  un long texte dans lequel il donne 5 raisons pour lesquelles le candidat républicain, "misérable, ignorant, dangereux clown à mi-temps et sociopathe à plein-temps", sera le prochain président des Etats-Unis.

1. La bascule des Etats de la Rust Belt
La Rust Belt ce sont quatre Etats ¬ Michigan, Ohio, Pennsylvanie et Wisconsin ¬ du nord-est des Etats-Unis où se concentre l’industrie lourde. Traditionnellement démocrates, ces Etats ont tous élu, sauf la Pennsylvanie, des gouverneurs républicains depuis 2010. Selon Michael Moore, l’Accord de libre-échange nord-américain (l’Aléna), soutenu par les Clinton, a fait beaucoup de dégâts dans cette région. Le cinéaste engagé rappelle également que durant la primaire dans le Michigan, Donal Trump a promis de taxer les voitures construites au Mexique si Ford délocalisait là-bas sa production, "une douce musique pour la classe ouvrière". Enfin, Michael Moore note qu’en 2012 le Républicain Mitt Romney a perdu l’élection de 64 voix face à Barack Obama. Avec celles de la Rust Belt, le compte est bon.

2. Le baroud d’honneur de l’homme blanc
Pour Michael Moore, dont le nouveau film Where to invade next sortira en France en septembre, l'Américain se sent en danger : "la domination des mâles qui s’exerce depuis 240 ans aux Etats-Unis touche à sa fin". Pour preuve : l'homme a dû supporter à la mi-temps du Super Bowl le concert de Beyoncé et de son armée de femmes noires au doigt d’honneur levé. Après avoir subi les directives d’un noir pendant huit ans, comment les électeurs pourraient maintenant supporter l'idée d'obéir aux ordres d’une femme ?

3. Le problème Hillary
Si Michael Moore dit apprécier Hillary Clinton il s’est aussi promis de ne jamais voter pour celle qui a soutenu la guerre en Irak. Il brisera cependant cette promesse face à la menace du "proto-fasciste" même s'il pense que Hillary "le faucon" les entraînera dans une action militaire quelconque. Selon lui, Hillary Clinton est très impopulaire, notamment chez les jeunes filles qui ne connaissent pas son combat pour arriver au sommet en tant que femme. La plupart des gens considèrent qu’elle est "malhonnête" et qu'elle fait partie de cette "vieille classe politique opportuniste". "L’enthousiasme n’est simplement pas là", explique-t-il. Et comme l’élection se joue sur la séduction et la capacité à faire sortir les électeurs de chez eux, c’est fichu.

4. La dépression des partisans de Sanders
Les partisans de Bernie Sanders, qui était en lice pour représenter les démocrates, voteront bien sûr pour Hillary Clinton. Mais à contrecœur et sans motiver d’autres personnes dans leur sillage. Sans compter que pour les jeunes, voir Hillary Clinton au pouvoir ce serait un peu un retour à l'ère Clinton/Bush, un temps où il fallait payer pour avoir de la musique.

5. L’effet Jesse Ventura
Selon Michael Moore, parce qu’ils veulent en finir avec le système politique, des millions de gens vont voter pour Trump non pas parce qu’ils sont d’accord avec lui ou parce qu’ils apprécient sa personnalité mais juste parce qu’ils en ont le pouvoir. Beaucoup de gens seraient simplement curieux de voir ce qu’il va se passer un peu comme lors de l'élection de Jesse Ventura, ancien catcheur devenu gouverneur du Minnesota, une bonne farce pour le système.

A LIRE AUSSI 
>>  Michael Moore appelle les internautes à signaler la page Facebook de Donald Trump

Lire et commenter