"Nocturnal Animals" : l'un des premiers événements cinéma de 2017

CINÉMA
DirectLCI
PREVIEW. L'ancien styliste Tom Ford a enchanté la Mostra de Venise avec une histoire captivante de trahison et de revanche, dévoilant deux films en un dans le très attendu "Nocturnal Animals", avec Amy Adams et Jake Gyllenhaal. L'un des films les plus attendus de 2017.

Susan Morrow (Amy Adams), une galeriste d’art de Los Angeles, s’ennuie dans l’opulence de son existence, délaissée par son riche mari Hutton. Alors que ce dernier s’absente, encore une fois, en voyage d’affaires, Susan reçoit un colis inattendu : un manuscrit signé de son ex-mari Edward Sheffield dont elle est sans nouvelles depuis des années. Une note l’accompagne, enjoignant la jeune femme à le lire puis à le contacter lors de son passage en ville. Seule dans sa maison vide, elle entame la lecture de l’oeuvre qui lui est dédicacée.


Dans ce récit aussi violent que bouleversant, Edwards se met en scène dans le rôle de Tony Hastings (Jake Gyllenhaal), un père de famille aux prises avec un gang de voleurs de voiture ultraviolents, mené par l’imprévisible Ray Marcus. Après lui avoir fait quitter la route, le gang l’abandonne impuissant sur le bas-côté, prenant sa famille en otage. Ce n’est qu’à l’aube qu’il parvient au commissariat le plus proche, où il est pris en charge par le taciturne officier Bobby Andes . Un lien fort va se créer entre les deux hommes, et lier leurs destins dans la poursuite des suspects, coupables d’avoir donné vie au pire des cauchemars de Tony.


Susan, émue par la plume de son ex-mari, ne peut s’empêcher de se remémorer les moments les plus intimes qu’ils ont partagés. Elle trouve une analogie entre le récit de fiction de son ex-mari et ses propres choix cachés derrière le vernis glacé de son existence. Au fur et à mesure de la progression du roman, la jeune femme y décèle une forme de vengeance, qui la pousse à réévaluer les décisions qui l’ont amenée à sa situation présente, et réveille une flamme qu’elle croyait perdue à jamais. 

Tom Ford confirme les promesses de "A Single Man"

Les liens entre haute-couture et le cinéma sont nombreux, qu'il s'agisse de costumes conçus par des couturiers (comme ceux de Belle de Jour pour Yves Saint Laurent ou La Cité des Enfants Perdus pour Jean-Paul Gaultier), des documentaires consacrés à certains grands noms (Lagerfeld Confidentiel de Rodolphe Marconi) ou des biopics côté fiction, à l'image de Coco avant Chanel d'Anne Fontaine, sans oublier les films consacrés à l'univers de la mode, de Falbalas à Prêt-à-porter


Mais le cas de l'Américain Tom Ford est exceptionnel : connu d'abord comme designer pour Gucci, il est devenu l'un des grands noms de la mode avant de réaliser A Single Man, un premier long métrage à 47 ans sous la double influence de Douglas Sirk et Pedro Almodovar.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter