Oliver Stone ne fera pas de biopic de Donald Trump, même s'il a "des c....... énormes"

DirectLCI
POLITIQUEMENT INCORRECT - Interviewé par "The Hollywood Reporter" sur l'élection de Donald Trump, Oliver Stone a affirmé que si le nouveau Président des Etats-Unis ne le fascinait pas tant que ça, il reconnaissait tout de même qu'il "en avait".

Depuis qu’il réalise des films, Oliver Stone a toujours aimé revisiter les grands moments de l’histoire américaine, qu'ils soient politiques (JFK, Nixon, Salvador et la guerre du Viêt-Nam dans Platoon et Né un 4 juillet) ou culturels (la télévision dans Tueurs nés, la radio dans Talk Radio, le football américain dans L'enfer du dimanche). Une carrière bien remplie. Si certains de ses films valent mieux que d'autres, il ne faut pas lui enlever l'acuité de son regard sur les Etats-Unis. 


Ainsi, lorsque The Hollywood Reporter lui demande son avis sur Donald Trump lors du Los Cabos Film Festival au Mexique, Oliver Stone, en observateur avisé de la politique américaine ayant dirigé le nouveau Président des Etats-Unis comme comédien dans Wall Street - l'argent ne dort jamais (des scènes coupées au montage), rétorque qu’il ne voue "aucune fascination" pour ce dernier mais qu'il a quand même "des couilles énormes".

Celui à qui l’on doit JFK, Nixon ou encore W : l’improbable président a par ailleurs précisé qu’il n’avait aucune envie de faire de biopic sur Donald Trump. Ni supporter de Hillary ou de Donald, il confesse dans l'interview sa peur de la politique étrangère de Hillary Clinton, spécialement dans le Moyen-Orient, craignant qu’elle ne provoque une troisième Guerre Mondiale, et celle de Donald Trump qui réclame la peau de Snowden (le protagoniste de son dernier long métrage, toujours en salles) et encore plus de surveillance. 


"C’est Game of Thrones" assène-t-il, avant de préciser à quel point il est difficile de monter des projets audacieux à Hollywood, que la marge n’existe plus et que si Snowden existe, c’est uniquement grâce aux producteurs français et allemands qui "respectent Snowden". Une constatation qui le préoccupe, en particulier pour la liberté d’expression aux Etats-Unis. 

En vidéo

Interview d'Oliver Stone

Stone a-t-il tout dit sur la politique US actuelle avec son biopic sur Bush fils?

Si un biopic sur Donald Trump par Oliver Stone ne devrait pas voir le jour, rappelons qu'il y a presque dix ans, le réalisateur de Platoon proposait avec W : l'improbable président, un biopic un peu mou sur Bush fils avec Josh Brolin dans le rôle éponyme. 

Au fil du temps, Stone est devenu un cinéaste de gauche fasciné par les idées qui vont à l’encontre des siennes, peut-être pour mieux les comprendre (son côté altruiste développé depuis World Trade Center). 


Dans W, Bush fils était décrit comme "le petit garçon de son papa", voulant se racheter une conduite pour faire plaisir à ses parents et ayant mal vécu l’échec humiliant de son père, figure tutélaire et puissante, face à Bill Clinton lors des élections de 1992.  Stone sous-entendait d’ailleurs que Bush Jr. était plus sous la pression silencieuse d’un gouvernement qui décidait tout à sa place et entretenait l'illusion que lui et lui seul dirigeait le pays d’une main de fer. 


En rendant une humanité à un bouffon surpuissant, le cinéaste racontait finalement, au-delà des considérations politiques, le lent renoncement d’un fils à papa. Peut-être qu’il ne fera pas de biopic sur Trump pour éviter de paraître trop redondant. 

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter