On a vu "50 Nuances plus claires" et on est plutôt partagé

CINÉMA
DirectLCI
FIFTY-FIFTY – Le dernier chapitre de la torride saga signée E.L. James, en salles ce mercredi 7 février, nous a fait le même effet qu’un coup de fouet de Christian Grey sur le fessier d’Ana. Douloureux par moment mais pas déplaisant.

"Alors, alors ? C'était comment ?" Vos voisins de bureau auront beau dire le contraire, la curiosité est là. On en a encore fait l'expérience la semaine dernière, en sortant de la projection de 50 Nuances plus claires. Un troisième volet qui suit deux films plutôt légers au rayon piquant et duquel on attendait forcément un peu plus. Christian Grey (Jamie Dornan) et Anastasia Steele (Dakota Johnson), qu'on avait laissés jeunes fiancés à la fin du film précédent, ont eu la gentillesse de nous attendre pour se passer la bague au doigt. 

En vidéo

"50 Nuances Plus Claires", la bande-annonce

On retrouve donc nos tourtereaux, désormais plus amoureux que torturés, en pleine cérémonie de mariage, avant de les suivre en lune de miel. Cocorico, ils posent leurs valises à Paris et sur la Côte d'Azur. Mais leur paradis va vite être troublé par le retour de Jack Hyde, l'ancien boss de la jeune femme, qui va chercher à se venger du couple. Résultat final ? Partagé. On a pesé le pour et le contre de ce qui reste tout de même notre petit plaisir coupable. 

On n'a pas aimé

"Et si la routine était bonne pour notre couple ?", écrivait-on cette semaine. Une certitude, elle n'est pas bonne pour Christian et Ana. L'ancien maître SM et son élève assidue ont toujours autant de répondant l'un envers l'autre mais leur train-train quotidien n'a rien de très excitant. Loin des premiers temps, où la question était de savoir quel accessoire utiliser, voilà que le couple s'interroge sur ce qu'il va manger le soir, sur les plans de leur future maison et sur la grossesse de Madame (pas de spoiler, tout était présent dans la bande-annonce).  "On les voit faire face aux problèmes du quotidien qu'affrontent les gens normaux", nous a expliqué Jamie Dornan. 

Oui mais voilà, ce n'est pas franchement à ça qu'on pense quand on va voir 50 nuances de Grey. Résultat, certains passages sont un peu longuets, comme dans le précédent.

On a aimé

Autant évacuer le sujet tout de suite. Oui, le roman qui a servi de base au scénario n'est pas le plus complexe qui soit. Mais c'est, au final, peut-être ce qui rend le film si plaisant. Ana a un peu perdu de son pep's mais a encore des répliques sacrément drôles dans la besace - pardon, dans son sac Hermès désormais. On rit pas mal. Même si c'est souvent aux dépens des personnages. On ne remerciera jamais assez Jamie Dornan pour son tour de chant derrière son piano. En parlant de chant, la bande originale marche dans les pas de ses aînées. C'est toujours aussi frais, toujours aussi rythmé et calibré pour vous faire bouger. Ce qui bouge aussi, c'est le cucul qui enfin devient plus cul-cul. Christian ferme son tiroir à cordes et à plumes pour ouvrir celui qui contient plugs anal et autres vibromasseurs. De quoi faire grimper une température bien trop polaire pour la saison.

50 Nuances plus claires

de James Foley

Avec Jamie Dornan, Dakota Johnson, Rita Ora

En salles le 7 février

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter