Mahershala Ali, premier acteur musulman à recevoir un Oscar

CINÉMA

Toute L'info sur

La cérémonie des Oscars 2017

OSCARS - Mahershala Ali a reçu dimanche l'Oscar du meilleur second rôle pour l'interprétation d'un trafiquant de drogue dans "Moonlight". Il devient ainsi le premier musulman à recevoir la célèbre statuette.

Mahershala Ali a ouvert les festivités en recevant le premier Oscar de cette édition 2017, celui du meilleur second rôle. Une récompense pour l'acteur qui joue un trafiquant de drogue cubain dans "Moonlight". Après la polémique sur la sur-représentation d'acteurs blancs les années précédentes, il faisait partie des six finalistes noirs de la sélection 2017. "J'espère que je n'ai pas été nommé parce que je suis noir" mais "pour mon travail", avait-il déclaré en l'apprenant. 

Dimanche, il est devenu le premier musulman à recevoir la fameuse statuette. "Je veux remercier mes professeurs, tant d'excellents professeurs et une chose qu'ils n'ont pas arrêté de me dire constamment (...): ce n'est pas à propos de toi. C'est à propos des personnages. Tu es un serviteur, tu es au service de ces histoires et de ces personnages et j'ai vraiment de la chance d'avoir eu cette opportunité", a-t-il déclaré sur la scène du Dolby Theater à Los Angeles.

"J'ai été interpellé en voiture, on m'a demandé où était mon arme, si j'étais un maquereau, ma voiture a été démontée"- Mahershala Al

D'abord révélé dans la série "House of Cards", où il interprète le chef de cabinet de la Maison Blanche, il avait déjà reçu un prix du syndicat des acteurs d'Hollywood. Mais bien avant, il avait fait son apparition dans les séries "Les Experts", "FBI: opérations secrètes" mais aussi dans le film de David Fincher "L'étrange histoire de Benjamin Button" ou encore dans la saga "Hunger Games". Outre le film "Moonlight", Mahershala Ali fait également partie du casting de "Les figures de l'ombre", nommé dans trois catégories ce dimanche.

L'acteur américain, de plus en plus incontournable à Hollywood, avait néanmoins évoqué après la signature du décret anti-immigration de Donald Trump, les discriminations qu'il a subies.  "J'ai été interpellé en voiture, on m'a demandé où était mon arme, si j'étais un maquereau, ma voiture a été démontée", a-t-il raconté. "Les musulmans vont ressentir qu'il y a cette nouvelle discrimination qu'ils n'avaient pas ressentie avant, mais ce n'est pas nouveau".

Lire aussi

En vidéo

Dans le secret des Oscars

Et aussi

Lire et commenter