Oscars 2018 - Qui sont les Français nommés dont certains ont de bonnes chances de l'emporter ?

Oscars 2018 - Qui sont les Français nommés dont certains ont de bonnes chances de l'emporter ?

CINÉMA
DirectLCI
COCORICO - Comme chaque année, plusieurs Français sont nommés aux Oscars. Musique, photographie, documentaire, film d'animation... Les nommés tricolores peuvent briller dans plusieurs catégories, et certains sont déjà habitués aux récompenses.

Leurs visages ne vous sont peut-être pas familiers, mais ce sont eux qui représenteront la France lors de cette 90e cérémonie des Oscars, dans la nuit de dimanche à lundi. Et, cocorico, la France peut emporter jusqu'à quatre statuettes lors de la cérémonie, et même plus en comptant les nommés binationaux et les coproductions françaises. LCI passe en revue ces vieux briscards du cinéma ainsi que ces nouveaux venus et leurs chances de victoire.

Alexandre Desplat, pour la meilleure musique de film

Dans son domaine, c'est une star incontournable. Alexandre Desplat, 56 ans, a déjà composé la musique des longs-métrages de Roman Polanski, Michel Audiard ou Wes Anderson. Cette année, il a composé la bande originale de La forme de l'eau, le conte fantastique de Guillermo del Toro, par ailleurs favori des Oscars cette année, avec 13 nominations. 

Déjà récompensé par un Golden Globe et un BAFTA pour La forme de l'eau, Alexandre Desplat semble être le favori pour l'Oscar de la meilleure musique de film. Un prix qu'il a déjà remporté pour Grand Budapest Hotel, de Wes Anderson. Il sera en compétition avec Carter Burwell, qui a composé la bande originale de Three Billboards, Johnny Greenwood pour Phantom Thread et Hans Zimmer pour Dunkerque.

Agnès Varda et JR, pour le meilleur documentaire

Déjà récompensée par un Oscar d'honneur en novembre 2017 pour l'ensemble de son oeuvre, la légende du cinéma Agnès Varda a sillonné la France avec un photomaton en compagnie de sa fille et du street artist JR. Cet aéropage original en a tiré un documentaire, Visages, villages, qui a remporté L'Oeil d'or du meilleur documentaire à Cannes.

Même s'il a rencontré un succès incontestable dans de nombreux festivals, Visages, villages devra faire face à une concurrence farouche lors des Oscars. Les autres nommés pour le meilleur documentaire sont Icarus, une enquête sur le dopage en Russie, Les Derniers Hommes d’Alep, qui raconte les "casques blancs" syriens, Strong Island, qui raconte le meurtre d’un enseignant noir par un mécanicien blanc en 1992, et Abacus, un documentaire sur la seule banque américaine poursuivie après la crise financière de 2008.

Bruno Delbonnel, pour la meilleure photographie

Également connu à Hollywood, Bruno Delbonnel est nommé en tant que directeur de la photographie des Heures sombres, le biopic remarqué sur Winston Churchill. Le Français avait précédemment collaboré avec Jean-Pierre Jeunet pour Un long dimanche de fiançailles, mais aussi Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, Dark shadows et Big eyes , réalisés par Tim Burton, ainsi que Inside Llewyn Davis, des frères Coen.

C'est la cinquième nomination pour l'Oscar de la meilleure photographie de Bruno Delbonnel, qui n'a jamais été lauréat. Cette fois sera-t-elle la bonne ? Pas sûr, car la concurrence est rude, notamment du côté de Blade Runner 2049, dont la photographie léchée est l'oeuvre du britannique Roger Deakins, qui a remporté 17 prix sur ses 18 nominations cette saison.

Un groupe d'étudiants d'Arles, pour le meilleur court-métrage d'animation

La bonne surprise tricolore de cette année est l'oeuvre de Florian Babikian, Vincent Bayoux, Théophile Dufresne, Gabriel Grapperon, Victor Caire et Lucas Navarro. Ces étudiants de l'école du film d'animation d'Arles ont réalisé Garden Party, qui montre des grenouilles s'amuser dans une villa abandonnée. D'un réalisme impressionnant, le film a déjà remporté 45 récompenses et plus de 100 nominations. 

Les batraciens de Garden Party seront confrontés à de sérieux concurrents : Dear Basketball,  une déclaration d'amour au basket par le légendaire Kobe Bryant, Revolting Rhymes, une adaptation des contes de fées de Roald Dalh, Lou, un mini-film produit par Pixar et Negative Space, un film en stop-motion produit en France.

Et les binationaux français ?

Et ce n'est pas tout. La France est aussi à l'honneur à travers ses représentants binationaux. C'est le cas de Timothée Chalamet, nommé pour l'Oscar du meilleur acteur avec son rôle dans Call me by your name, l'un des films les plus en vue de cette édition, par ailleurs produit en partie en France. 

Plusieurs longs-métrages en lice pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère sont aussi liés à la France. C'est notamment le cas de The Square, Palme d'or au festival de Cannes 2017 et coproduit par la France. La réalisateur de L'Insulte, également en lice, est le franco-libano-américain Ziad Doueiri, par ailleurs réalisateur de la série politique Baron Noir.

Enfin, le drame russe Faute d'amour, Prix du jury à Cannes en 2017 et César du meilleur film étranger en 2018, a été produit en partie en France. 

Plus d'articles

Lire et commenter