"Pan": sur un air de pipeau

"Pan": sur un air de pipeau
CINÉMA

CRITIQUE – Tout juste divertissante, trop criarde, la nouvelle adaptation du célèbre conte déçoit. Metronews vous explique pourquoi la version de Joe Wright ne fera pas vraiment décoller les plus de 12 ans.

Le parti pris était intelligent : Peter Pan ayant été adapté un nombre incalculable de fois, Joe Wright (Reviens-moi, Hanna) décidait de revoir complètement la copie de J.M. Barrie pour son long-métrage. Voyez plutôt : aux prémices de la seconde Guerre mondiale, Peter est enlevé par les pirates de Barbe Noire avant d’être conduit au Pays Imaginaire pour servir de main d’œuvre dans les mines d’extraction de poudre de fées. Là-bas, son destin le rattrapera : l’enfant serait l’élu, seul capable de sauver Neverland de la tyrannie.  Ou presque, car Lily la Tigresse (Rooney Mara) et Hook, ici adjuvant du petit héros, lui prêteront main forte. Une relecture originale donc mais le bât blesse rapidement...

Parce que trop d’effets tue l’effet
Des volatiles géants au corps squelettique et aux plumes multicolores, un crocodile qui s’envole au-dessus d’une barque, des bateaux pirates qui volent et crachent du feu sur la cité en strass des fées... Pan ne lésine ni sur le spectaculaire ni sur le numérique et enchaîne les scènes de bravoure à la vitesse grand V.  Mais cette virée à bord du grand huit de Neverland n’est que visuelle : émotionnellement, l’encéphalogramme reste plat. Ni rires, ni larmes, ni empathie, ni enchantement... dommage !

Parce que le casting peine à convaincre
Crane à moitié rasé, barbichette noire, costume théâtral de drag gothique en plumes, Hugh Jackman semble prendre un malin plaisir (partagé ) à incarner Barbe Noire. Ses partenaires ne sont hélas pas aussi flamboyants : Garrett Hedlund (Tron l'héritage, Sur la route) en fait des kilotonnes dans la peau d’un Crochet, plus Indiana Jones que capitaine, et Rooney Mara, affublée de costumes ethniques souvent trop kitschs, se contente de lui faire son regard de biche. Et que dire de l’actrice qui joue la mère supérieure de l’orphelinat ? Ri-di-cu-le. On retiendra en revanche le petit Levi Miller, très convaincant. Sans doute espère-il d’ailleurs reprendre son rôle dans les deux suites prévues au contrat... A moins que celles-ci ne voient jamais le jour : Pan a fait un flop aux Etats-Unis. Surprenant ? Pas vraiment.

 Parce qu’il y a des limites !
Donner un coup de fouet à la légende, on ne demandait pas mieux. Hélas, Joe Wright est victime de ses bonnes intentions. Etre audacieux, c’est bien. Faire chanter "Smell like teen spirit" de Nirvana ou "Blitzkrieg Bop" des Ramones aux personnages, c’est  manquer de recul... Tombant comme des cheveux sur la soupe, ces séquences musicales existent davantage pour flatter l’égo vocal de Hugh Jackman et revendiquer une certaine coolitude que pour servir le récit.

A LIRE AUSSI >>  Nirvana, un album posthume de Kurt Cobain en novembre

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent