PHOTOS – Brad Pitt superstar : notre top 10 de ses meilleurs rôles

CINÉMA
DirectLCI
1/1010. Joe Black, dans Rencontre avec Joe Black, de Martin Brest (1998) La mort aura rarement été aussi séduisante. Après avoir été renversé par une voiture, le beau gosse revient hanter la jolie Susan (Claire Forlani) et son riche papa (Anthony Hopkins). Un
2/10 9. J.D. dans Thelma et Louise, de Ridley Scott (1991) Pas beaucoup de dialogues, mais quelle présence ! Bien des spectatrices – et spectateurs – ont fondu pour le bel auto-stoppeur qui fait battre le coeur – et le corps – de la desperate housewife interp
3/10 8. Tristan Ludlow dans Légendes d'automne, de Edward Zwick (1994) Pas forcément le rôle de sa vie, mais l'un des plus sexy sans aucun doute. Brad a rarement été aussi séduisant que dans cette grande fresque familiale dont le poster a orné bien des chambr
4/10 7. Gerry Lane, dans World War Z, de Marc Forster (2013) Ancien employé des Nations Unies, Gerry Lane reprend du service lorsque la planète est menacée par une mystérieuse invasion de zombies. Le début d'un tour monde renversant à la recherche des origi
5/10 6. Mr O'Brien dans The Tree of Life, de Terrence Malick (2011) C'est avec une grande justesse que Brad incarne ce père de famille borderline, obsédé par la réussite. Un vrai-faux premier rôle dans un grand film bancal, Palme d'Or à Cannes, dont il est ég
6/10 5. Aldo Raine dans Inglourious Basterds, de Quentin Tarantino (2009) La carrière de Brad est jalonnée de seconds rôles azimutés, de L'armée des douze singes à Burn After Reading en passant par Snatch. Ici il est à mourir de rire en colonel américain, cha
7/10 4. David Mills dans Seven, de David Fincher (1995) Avec ce polar cafardeux au possible, Brad passe un cap auprès du public. Fini la belle gueule et les mèches blondes. Amoché, le cheveu court et la barbe de trois jours, son interprétation d'un jeune flic
8/103. Jeffrey Goines, dans L'Armée des 12 singes, de Terry Gilliam (1995) Brad décroche un Golden Globe et une nomination à l'Oscar du meilleur second rôle pour cette prestation totalement azimutée, dans le très beau film de Terry Gilliam. Bourré de tics, il
9/102. Benjamin Button dans L'Etrange Histoire de Benjamin Button, de David Fincher (2008) Effets spéciaux ou pas, Brad livre la performance la plus ample de sa carrière, injustement boudée par les Oscars. L'espace d'un film, David Fincher capture (presque) t
10/101. Tyler Durden dans Fight Club, de David Fincher (1999) Dangereux, charismatique, tantôt insupportable, tantôt irrésistible, Brad est Tyler Durden, le double diabolique du narrateur de cette adaptation électrique du roman culte de Chuck Palahniuk. On ne