Pour Godard, Marine Le Pen devrait être Premier ministre...

Pour Godard, Marine Le Pen devrait être Premier ministre...

CONFIDENCES - Dans un entretien exclusif au "Monde", le cinéaste le plus reclus de sa génération livre sa pensée sur des thèmes allant de la politique à son chien Roxy. Une pensée où l'on peinera à démêler la provocation de la sincérité.

Il n'accepte ni les honneurs, ni les interviews. Jean-Luc Godard a pourtant failli à ses principes deux fois en moins d'un mois. Le réalisateur, qui vit retranché dans son pays natal, la Suisse, a reçu le prix du Jury au dernier Festival de Cannes pour son très expérimental Adieu au langage , ex-aequo avec Mommy de Xavier Dolan. Il n'est pas venu en personne chercher son prix, le producteur Alain Sarde s'en est chargé à sa place. Godard se livre à présent dans Le Monde daté du 10 juin, et ses déclarations se révèlent à l'image de ses films : libres à toute interprétation. 

Sur les élections européennes et le FN

Interrogé sur la situation politique en Europe, Godard y va tout de go : "J'espérais que le Front national arriverait en tête. Je trouve que Hollande devrait nommer – je l'avais dit à France Inter, mais ils l'ont supprimé – Marine Le Pen Premier ministre. (...) Pour qu'on fasse semblant de bouger, si on ne bouge pas vraiment." Tout en précisant un peu plus loin qu'il n'est pas partisan du Front national : "Il y a longtemps, Jean-Marie Le Pen avait demandé que je sois viré de France. Mais j'ai juste envie que ça bouge un peu... Les grands vainqueurs, ce sont les abstentionnistes. J'en fais partie depuis longtemps."

Sur les cinéastes d'aujourd'hui et Xavier Dolan

"Les neuf dixièmes, je ne les connais pas. A Paris, je n'ai plus envie de rôder dans les rues pour aller voir un film. Juste peut-être le film syrien montré à Cannes, et puis le film de Sissako, j'avais vu Bamako en DVD... Mommy, je n'irai pas. Je sais ce que c'est. Les trois quarts des films, on sait ce que c'est juste par le petit récit qu'il y a dans Pariscope : 'Un aviateur aime une dentiste'..."

Sur un éventuel prochain film et Gilles Jacob

"Peut-être que je n'en ferai pas, ou sinon des petits films, comme la Lettre à Gilles Jacob. C'était une lettre privée, mais il a décidé de la rendre publique." Mais ce qui a vraiment vexé le cinéaste, c'est le silence du destinataire. "Gilles Jacob ne m'a pas répondu. Qu'est-ce que vous voulez qu'il dise ? Ça ne l'intéresse pas. Ou il ne voit pas."
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Rappel de vaccination : "Moins de cas graves, moins d'hospitalisations, quel que soit l'âge", assure Olivier Véran

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

EN DIRECT - Eric Zemmour : "J'ai décidé de me présenter à l'élection présidentielle"

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.