Pour Laurence Parisot, "La loi du marché" est un film caricatural

Pour Laurence Parisot, "La loi du marché" est un film caricatural

PAS CONTENTE - C'est son avis et elle l'assume. Alors que "La loi du marché" rencontre un beau succès public, l'ex-patronne du Medef Laurence Parisot estime que le film de Stéphane Brizé vire au "manichéisme le plus simpliste". Explications.

Benoît Hamon et Stéphane Brizé, même combat ? C'est en tout cas le rapprochement effectué par Laurence Parisot dans sa chronique hebdomadaire sur Europe 1 . Tandis que le député socialiste entend faire reconnaître le burn out comme maladie professionnelle, le second voit son film, La loi du marché, plébiscité par les spectateurs français. Or dans un cas comme dans l'autre, "nous sommes dans la caricature", estime l'ex-patronne du Medef. "D'un côté, nous avons l'entreprise qui est systématiquement décrite comme tyrannique, abusive", juge-t-elle. "De l'autre, nous avons l'employeur et le banquier, en particulier, qui sont inévitablement pervers. Et puis, je ne parle pas de l'actionnaire qui lui est de toute façon un salopard."

"C'est la grande épopée du bien et du mal"

Rappelons qu'à l'écran, Vincent Lindon, récompensé par le prix d'interprétation à Cannes, incarne un chômeur qui retrouve un emploi de vigile dans un centre commercial, où il est notamment chargé de surveiller les employés. "On peut tout à fait considérer que le film de Stéphane Brizé est une oeuvre d'art, mais comme un roman et certainement pas comme un documentaire social qui décrirait la réalité", ajoute l'ancienne patronne des patrons, pour qui, les "commentaires" du cinéaste "virent au manichéisme le plus simpliste. C'est la grande épopée du bien et du mal."

Si elle reconnaît qu'il y a "une part de vérité", dans la démarche de Stéphane Brizé, comme dans celle de Benoît Hamon, car "évidemment, il peut y avoir de l'épuisement", Laurence Parisot dénonce un film "politique", "d'une certaine gauche". Avant de pointer les contradictions de ses auteurs. "Où vont aller les bénéfices du film ?", s'interroge-t-elle. "Cet acteur qui est effectivement extraordinairement talentueux et ce réalisateur gagnent beaucoup d'argent. Je voudrais savoir : sont-ils aussi généreux que Bill Gates ? (…) "Ce sont les premiers à bénéficier d'une certaine loi du marché."

A LIRE AUSSI
>>
Notre interview de Vincent Lindon sur La loi du marché >> C'est l'histoire d'un mec souvent embarrassé...
>>
Pierre Lescure tacle les critiques de Libération

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Déconfinement : les pistes du gouvernement

EN DIRECT - Covid-19 : 30.472 personnes hospitalisées, 5914 patients en réanimation

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Lire et commenter