Pour Roman Polanski, "la pilule a masculinisé les femmes"

Pour Roman Polanski, "la pilule a masculinisé les femmes"

DirectLCI
COMPETITION – C'est un Roman Polanski en grande forme, et plein d'humour, que les journalistes ont eu la chance de rencontrer à la conférence de presse de La Vénus à la Fourrure. Le réalisateur franco-polonais nous dit tout sur son dernier film qui a reçu un accueil enthousiaste de la presse.

Filmer en huis clos
"Quand j'ai lu La Vénus à la Fourrure, j'ai tout de suite eu envie de l'adapter. Le texte était tellement hilarant, mais ça se déroulait dans une salle d'audition. A l'écran, ça aurait été ennuyant. J'ai choisi de déplacer l'action dans un théâtre car en France, les auditions se font souvent là-bas. Et puis c'est un univers que je connais très bien car j'y ai grandi. Nous avons construit un théâtre pour avoir la liberté de bouger à notre guise."

Travailler uniquement avec deux comédiens
"C'était un rêve de faire un film juste avec deux acteurs. Dans mon premier long-métrage, Le Couteau dans l'eau, il n'y avait que trois comédiens. Je viens d'une école de cinéma où on aime les défis. Mais finalement tourner avec deux personnes, c'est simple et plus rapide. La plus grande difficulté avec La Venus à la Fourrure, c'était de ne pas ennuyer le spectateur.

Tourner en français
"Je n’avais encore jamais fait un film en français, c’était ça la motivation (Rires). En lisant la pièce, je me disais voilà un truc pour Emmanuelle, mais pour qu’elle puisse bien exprimer le personnage, il fallait que ce soit en français. Je dois avouer qu'au départ, elle n'était pas tellement enthousiaste. J'ai du lui torde le poignet pour qu'elle accepte !"

La dénonciation du sexisme
"La satire du sexisme dans la pièce m'a beaucoup séduit. Réduire en pièces le côté macho du personnage c'était réjouissant. Quoi que pensent les gens, je ne suis pas un macho. Je trouve cela dommage qu'aujourd'hui le fait d'offrir des fleurs à une femme soit devenu indécent. C'est triste qu'il n'y ait plus de romantisme."

L'évolution du rapport entre les hommes et les femmes
"Je pense que le rapport a changé depuis que je fais du cinéma. C'est le résultat d'un progrès de la médecine. La pilule a changé les femmes de notre temps, ça les a masculinisées." 

Un réalisateur dominant
"Bien sûr que j'ai dominé les comédiens, c'est tout le sujet du film ! Je les ai même frappés de temps en temps et je vous assure qu'ils ne s'en sont pas plaint (sourire)."

Cannes et la compétition
"Je viens à Cannes depuis que je suis étudiant. Mais je m'amusais plus quand je n'étais pas connu car on ne me prenait pas en photo toute la journée. Les prix, c'est gratifiants. Cela dit, ma première expérience sur la Croisette avec Le Locataire a été désastreuse. Le film a été très mal reçu, c'était vraiment humiliant."

Plus d'articles