Qui est Melissa McCarthy, la drôle de vedette de "Spy", ce soir sur TF1 ?

Qui est Melissa McCarthy, la drôle de vedette de "Spy", ce soir sur TF1 ?

DirectLCI
ZOOM – Dans la comédie "Spy", diffusée ce dimanche soir sur TF1, Melissa McCarthy incarne une employée de bureau de la CIA qui va se retrouver propulsée sur le terrain à la faveur de circonstances exceptionnelles. Un rôle en or pour cette star de l’humour américain.

Pour Melissa McCarthy, pas de doute, la comédie est un art. Révélée à la fin des années 1990 par la série Gilmore Girls, dans laquelle elle interprétait Sookie, une cuisinière un rien débonnaire, cette actrice qui a grandi à la campagne, dans l’Illinois, est devenue depuis la star de l’humour au féminin outre-Atlantique.


En 2010, elle décroche le rôle principal de la série Mike and Molly sur la chaîne CBS, une sitcom mettant en scène la romance entre une institutrice aux formes généreuses et un policier complexé par son poids, incarné par Billy Gardell. Ce duo inédit, plein d’humour et de tendresse, fait un carton côté audiences. Et attire, très rapidement, l’attention des producteurs de cinéma. 


En marge des tournages de Mike and Molly, qui va durer pas moins de six saisons, Melissa McCarthy enchaîne les seconds rôles sur grand écran. Et décroche le jackpot en 2011 en interprétant Megan, la demoiselle d’honneur "destroy" de Mes Meilleures amies, la comédie de Paul Feig avec Kristen Wiig. Irrésistible, la comédienne va obtenir une nomination à l’Oscar du meilleur second rôle.

J’ai choisi un métier dans lequel il faut être un peu cinglée pour espérer gagner sa vie Melissa McCarthy

Désormais, Hollywood n’hésite plus à lui donner des rôles principaux. Arnaque à la carte avec Jason Bateman, Les Flingueuses avec Sandra Bullock ou encore Tammy, réalisé par son compagnon Ben Falcone, avec lequel elle a connu de longue années de galère avant de pointer, en 2016, à la deuxième place des comédiennes les mieux payées aux Etats-Unis grâce notamment à son cachet sur le SOS Fantômes au féminin. Son secret ? L’autodérision à tout prix, quitte à repousser les limites du mauvais goût.


"J’ai choisi un métier dans lequel il faut être un peu cinglée pour espérer gagner sa vie", expliquait-elle en 2012 au magazine GoodHouseKeeping. Et une bonne dose de confiance en elle. "Quand je crois en quelque chose, je suis comme un chien enragé avec son os", ironisait-elle. "Du moment que je vous ne blessez personne, il n’y a pas de regret à avoir. C’est en persévérant qu’on finit par être heureux et à assumer qui on est."

Bien dans ses baskets, Melissa McMarthy l’est aussi dans son corps. En 2015, elle a lancé sa propre ligne de vêtements, Seven7. "Je n’étais pas satisfaite de ce qui était proposé en matière de mode grande taille", expliquait-elle à l’époque au magazine Glamour, fâchée avec les canons de la mode qui exclut bien des consommatrices. "Un jour il faudra arrêter de parler des femmes rondes et parler des femmes tout court", insistait-elle.


Dans Spy, mis en scène par son réalisateur fétiche Paul Feig, elle incarne une employée de bureau de la CIA qui va se voir propulsée sur le terrain par un heureux concours de circonstances. Saluée par la critique, sa performance hilarante aux côtés du bellâtre Jude Law et du roi de l’action Jason Statham lui vaudra une nouvelle nomination, cette-fois aux Golden Globes.

Jusqu’ici battue par des comédiennes plus "sérieuses", Melissa McCarthy n’a pas dit son dernier mot. L’an prochain on la découvrira dans Can You Ever Forgive Me ?, un biopic relatant le destin de Lee Israel, une journaliste connue pour avoir utilisé les écrits, notamment des lettres, d'écrivains et d'acteurs décédés. Un rôle qui était au départ destiné à Julianne Moore et qui pourrait, à 47 ans, marquer un tournant dans son étonnante carrière. Cinglée ou pas.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter