"Quand on a 17 ans" : et Corentin Fila vers les étoiles

"Quand on a 17 ans" : et Corentin Fila vers les étoiles

CINÉMA
DirectLCI
PORTRAIT – Dans "Quand on a 17 ans", le nouveau film d’André Téchiné, en salles ce mercredi, Corentin Fila campe un ado qui cherche à contenir son désir naissant pour un camarade de classe. metronews vous invite à faire connaissance avec celui qui pourrait bien se retrouver aux César l’an prochain pour ce premier rôle touchant.

"Quand on ne sait pas ce qu’on veut faire, on subit". Corentin Fila, 27 ans, ponctue cet aveu d’un sourire timide et solaire. Il faut dire que le talent en herbe s’est beaucoup cherché avant que le cinéma ne lui ouvre les bras. Né d’un mariage franco-congolais, il pousse son premier cri dans le 13ème arrondissement parisien. Sa mère, institutrice pour des autistes, lui transmet des valeurs humanistes. David-Pierre Fila, son père, avec qui il a coupé les ponts depuis quelques années, met un peu d’art dans son enfance. "Il est réalisateur documentariste. Il y avait un ballet d’artistes africains à la maison", se souvient-t-il.

Filleul du chanteur Zao, Corentin passe sa scolarité au lycée Montaigne en se rêvant basketteur devant les prouesses d’Iverson et Bryant. "J’ai fait une série ES. J’étais un peu cancre, dans la lune, mais j’excellais en histoire et en philosophie." Le bac en poche, le jeune homme rejoint Paris Descartes, "une fac de droit de droite" qui s’avère un supplice pour sa sensibilité de gauchiste. Il y décroche néanmoins une licence d’économie, s’accordant ici-et-là quelques shootings alimentaires pour l’agence Elite. "J’ai été repéré dans le rue et j’ai fait du mannequinat sans trop forcer."

Premier rôle chez Téchiné

C’est à 23 ans que le déclic opère pour ce fan de Denis Lavant et Léos Carax. "Je me suis retrouvé par hasard aux Bouffes du Nord pour voir The Suit, une pièce de Peter Brook portée par des acteurs sud-africains. Et j’ai eu un choc de l’ordre du mystique", évoque-t-il des étoiles dans les yeux. Alors qu’il est couple avec une étudiante du Cours Florent, Corentin songe sérieusement à la comédie. N’y tenant plus, il s’inscrit au stage d’accès visant à le faire entrer en classe libre et se fait remarquer dérechef par la directrice du Bureau Casting. Des agents lui font dès lors les yeux doux.

Il décroche et réussit ainsi une audition pour incarner Tom, un ado qui refoule son attirance pour son camarade de classe (Kacey Mottet Klein) dans Quand on a 17 ans d’André Téchiné. "La peur de ne pas être à la hauteur me donnait le vertige", se souvient-il. "Je suis arrivé sur la pointe des pieds, sans technique. En une semaine, j’ai progressé !" Une évolution évoquant celle de son personnage, lequel s’ouvre graduellement à l’amour naissant. "Kacey et moi sommes devenus plus que de simples amis. C’est mon petit loup !", lance-t-il. Avant que la profession ne s’empare de lui, Corentin compte bientôt se rendre au chevet des réfugiés de Calais, qu’il soutient avec panache. Tout comme la lutte contre l’homophobie. 

A LIRE AUSSI >> Notre rencontre avec André Téchiné pour la sortie de "L'homme qu'on aimait trop"

Lire et commenter