Qui est Bob Iger, le super-patron de Disney qui fait trembler Hollywood ?

Qui est Bob Iger, le super-patron de Disney qui fait trembler Hollywood ?

CINÉMA
DirectLCI
ZOOM – Le rachat de la Fox par Disney, c’est lui, l'investissement de 2 milliards d'euros dans Disneyland, aussi. A la tête du studio depuis 2005, Bob Iger, 66 ans, a fait de la maison de Mickey une formidable machine à succès… et à absorber la concurrence. Explications.

Si Bob Iger n’a pas de superpouvoirs, il a des idées. Et de l'ambition. Depuis qu’il a pris les commandes de la Walt Disney Company en 2005, ce New-Yorkais de 66 ans, fils d’un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, a transformé la firme aux grandes oreilles en impressionnante machine à succès. Son truc ? Racheter, le prix fort si nécessaire, des "marques" phares de l’industrie du divertissement, afin de rester à la pointe du secteur. Peu après sa prise de fonction, il frappe un grand coup en rachetant en 2006 Pixar, le studio d’animation fondé par Steve Jobs… et un ancien de Disney, John Lasseter. Coût de l’opération : 7,4 milliards de dollars.

Trois ans plus tard, il récidive en s’offrant pour 4 milliards de dollars Marvel Entertainment et sa galaxie de superhéros – les Avengers Iron Man, Thor Captain America et autres Hulk ou encore Les Gardiens de la Galaxie - qui vont enchaîner les succès au box-office. Et ce n’est qu’un début : en 2012, il réussit à convaincre George Lucas de lui céder pour 4 milliards sa société Lucasfilm, lui permettant de faire main basse sur le personnage d’Indiana Jones mais aussi et surtout la saga Star Wars, dont il met en chantier une nouvelle trilogie et plusieurs films dérivés.

En vidéo

En 2017, Disneyland Paris fêtaît ses 25 ans

Il a commencé comme Monsieur Météo sur une chaîne universitaire

Sur toutes les lèvres depuis plusieurs jours, l’annonce ce jeudi du rachat, pour 52.4 milliards de dollars, des activités cinématographiques et télévisuelles de la 20th Century Fox, l’un des plus anciens rivaux de Disney, vient renforcer, si besoin était, le leadership de cet ancien étudiant en communication, qui débuta sa carrière dans les médias en 1972, en qualité de Monsieur Météo d’une chaîne universitaire. Deux ans plus tard,  à l’âge de 23 ans, il est engagé par la chaîne ABC, dont il va gravir les échelons jusqu’à son rachat, en 1996, par Disney. 


Moins de dix ans plus tard, Michael Eisner, l’emblématique patron de "l’après Walt Disney", fera de lui son digne successeur. Père de quatre enfants, Robert Allen Iger partage depuis 2015 la vie de Willow Bay, un ancien mannequin devenue journaliste pour CNN, Bloomberg et le Huffington Post. Personnage discret, copains des célébrités, ce fidèle soutien du Parti démocrate américain a soutenu la candidature d’Hillary Clinton en 2016. 

En juin dernier, il annonce sur Twitter avoir démissionné du comité de conseil économique du président dont il faisait partie, choqué par l’annonce de Donald Trump du retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat.

La Maison Blanche en ligne de mire ?

En octobre dernier, lors d’une conférence organisée par le magazine Vanity Fair, Bob Iger confie avoir déjà évoqué avec son épouse l’hypothèse d’une candidature à l’élection présidentielle. Mais visiblement, le patron de Disney n'en n'a pas terminé avec l'empire du divertissement. Alors que Thomas Staggs, le PDG des parcs d’attractions Disneyland, était sensé lui succéder courant 2016, le board de la société l’a reconduit en octobre dernier jusqu’en 2019. Et ce jeudi, dans la foulée du rachat de la Fox, son mandat a été prolongé pour deux ans de plus. Pour le voir conquérir la Maison Blanche, il faudra donc patienter encore un peu.

Son prochain chantier, après l'investissement de deux milliards d'euros promis pour l'agrandissement de Disneyland Paris ? Organiser la riposte contre Netflix. Mais pas en rachetant la plateforme de streaming payant, cette-fois, puisque Disney s’apprête à créer une plateforme concurrente qui proposera encore plus de contenus. C’est tout le sens du rachat de la Fox, qui permet à la maison de Mickey d’accueillir de nouveaux camarades prestigieux comme la franchise Avatar, dont  James Cameron prépare quatre suites. Mais aussi La Planète des Singes, X-Men, Deadpool ou encore des séries comme Les Simpsons, Homeland, Modern Family oui encore This is us.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter