Reda Kateb, un comédien sur tous les fronts

CINÉMA

PORTRAIT - Entre la France et les Etats-Unis, les mois à venir s’annoncent fastes pour Reda Kateb. Il sera notamment à l’affiche de "Lost River", de Ryan Gosling, présenté à Cannes cette année.

Reda Kateb, c’est d’abord une vraie gueule, que l’on croise de plus en plus souvent, sans connaître son nom. C’est surtout l’acteur à suivre. Hippocrate, avec Vincent Lacoste, Qui vive, avec Adèle Exarchopoulos, Lost River, de Ryan Gosling , sont les prochains films qui vont enrichir son impressionnante filmographie. Mais ne parlez surtout pas de carrière à l’acteur : "Je préfère le mot “parcours”, un parcours dans la constance. J’aime me laisser surprendre par de nouveaux scénarios, de nouveaux rôles. Plutôt que de planifier les choses, j’attends d’être surpris."

Ne pas devenir un "acteur de cinémathèque"

C’est ainsi qu’il peut accepter le rôle de Karim, qui nécessite trois jours de tournage pour Les garçons et Guillaume, à table ! de son ami Guillaume Gallienne, parce qu’il a accroché avec le scénario et qu’il admire le travail du comédien sur scène. On l’a aussi vu en terroriste chez Kathryn Bigelow, dans Zero Dark Thirty. Devant ces deux succès publics, on demande à Reda Kateb s’il fait une différence entre cinéma d’auteur et cinéma commercial. Sa réponse est claire : "Je ne lis pas un scénario en me disant qu’il aura du succès ou non. En tant que spectateur, je suis client de choses qu’on appelle commerciales et je ne fais pas ce métier pour être un acteur de cinémathèque."

Cette ouverture lui permet de circuler avec aisance des planches au cinéma, en passant par le petit écran, sans se soucier de la hiérarchie et sans se laisser enfermer dans une case. Pas de risques que ça arrive tout de suite : le regard résolument tourné vers l’avenir, Reda Kateb a d’autres projets à l’étranger. En attendant, à l’instar de Guillaume Gallienne ou de Ryan Gosling, il prépare activement la réalisation de son premier court métrage. 

Lire et commenter