Reese Witherspoon dans "Wild" : il était une fois une blonde... sans vernis ni talons

CINÉMA

PERFORMANCE - Reese Witherspoon parcourt les Etats-Unis sauvages à pied dans "Wild", long métrage de Jean-Marc Vallée inspiré par le récit de Cheryl Strayed. Confondante de naturel et allant à contre-courant du gloss et du rouge-à-lèvres, l’actrice pourrait bien séduire une nouvelle fois l’Académie des Oscars.

Longtemps cantonnée à son physique de girl next door, Reese Witherspoon s’est bonifiée avec les années, prenant soin de congédier les rôles de blondes nunuches qui ont fait sa gloire. Ragaillardie par son Oscar pour Walk the line, dans lequel elle incarnait la chanteuse et compagne de Johnny Cash, l’actrice de 38 ans mène depuis 2006 sa barque avec assurance, naviguant entre Jeff Nichols (Mud) et Paul Thomas Anderson (Inherent Vice, bientôt en salles). Cette année, elle brille de mille feux dans Wild, le nouveau long-métrage du réalisateur québécois Jean-Marc Vallée. Après avoir offert l’an dernier une statuette dorée à Matthew McConaughey et Jared Leto dans Dallas Buyers Club, ce dernier pourrait bien faire gagner un second Oscar à la comédienne américaine.

A LIRE AUSSI >> Marion Cotillard et la liste des nominés aux Oscars 2015

Et pour cause, Reese Witherspoon remplit parfaitement le cahier des charges de l’Academy of Motion Picture of Arts and Sciences. Dans Wild, adaptation du best-seller autobiographique de Cheryl Strayed, elle incarne une femme-courage qui tente de tirer un trait (bien épais) sur son passé douloureux en entreprenant une expérience unique. Laquelle consiste à effectuer une randonnée de 1700 kilomètres - la Pacific Crest Trail - en plein cœur d’une Amérique sauvage. A l’instar du Into the wild de Sean Penn, il est question ici de jusqu’au-boutisme, de dépassement de soi, d’étude initiatique et de recherche de sa place dans le monde. Sans fard ni emphase, Witherspoon séduit par sa spontanéité. Elle compose la pierre angulaire de cette œuvre prenante et dépaysante, bien que lestée par une mise en scène démonstrative qui stabilote chaque saillie émotionnelle. 

A l’heure où Hollywood contribue à ériger la femme en bombe fatale, Wild offre à son interprète l’opportunité de plus en plus rare de jouer la carte du naturel. Les talons aiguilles cèdent leur place aux boots, le vernis à ongles s’écaille au profit d’ampoules ruisselantes, le sac à dos est remplacée par une masse bleuâtre qui courbe l’échine. Malgré ça (ou grâce à ça), Reese Witherspoon n’a jamais été aussi belle et lumineuse. Au point de remporter une deuxième statuette dorée ? Elle fait en tout cas partie des cinq nominées à l'Oscar de la meilleure actrice, aux côtés de la frenchie Marion Cotillard. Réponse le 22 février prochain...

Lire et commenter