Rentabilité du ciné français en 2014 : le top pour "Babysitting", le (gros) flop pour "The Search"

CINÉMA
GROS SOUS - Comme chaque année depuis 2012, BFM Business publie son classement des films français les plus rentables de 2014. Le trio de tête ? "Babysitting", "Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu ?" et "Lulu femme nue". Gros bide en revanche pour "The Search", de Michel Hazanavicius. Surprenant : seules 11% des sorties de l'année sont bénéficiaires grâce à leur exploitation en salles.

Le rire fait toujours recette dans les salles françaises. Avec 2,3 millions de spectateurs, pour 3,4 millions d'euros de budget, la comédie Babysitting est la production hexagonale la plus rentable de 2014, révèle le classement publié ce lundi par BFM Business . Soit un taux de rentabilité de 600%. Comme chaque année depuis 2012, la chaîne s'est basée sur sur le nombre d'entrées réalisées au 31 décembre, le prix moyen d'un ticket de cinéma - 6,46 euros en 2013 selon le CNC - et sur la part reversée à la filière sur ce ticket 37,9% en 2013, toujours selon le CNC).

Le film du duo Philippe Lacheau-Nicolas Benamou devance le plus gros succès de l'année, Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ?, qui a attiré 12,2 millions de spectateurs pour un budget plus élévé de 12,8 millions d’euros, soit tout de même 533% de rentabilité. Ces deux comédies, qui ont offert au cinéma français l'une de ses plus belles années depuis des lustres en matière de fréquentation, devraient l'une et l'autre avoir des suites.

A LIRE AUSSI >> Babysitting, la comédie française biberonnée à la culture US

Le trio de tête est complété par un film plus discret, Lulu femme nue avec Karin Viard, qui a séduit 500 000 spectateurs pour un tout petit budget de 2,1 millions d’euros, soit 200 % de rentabilité. Il devance Hippocrate (912 000 entrées pour 3,8 millions de budget) et Les Combattants (400 000 spectateurs pour 2,4 millions de budget). A noter que dans la catégorie documentaire, La cour de Babel, qui raconte le quotidien du classe de collégiens étrangers en France, a séduit 200 000 spectateurs pour un budget encore plus riquiqui de 400 000 euros. Soit 530 % de rentabilité.

L'autre enseignement de ce classement, c'est que seulement 11% de la production annuelle réalise des bénéfices grâce à sa sortie en salles, la plupart comptant sur la diffusion télé pour se refaire. Le plus gros flop ? Je m'appelle Hmmm..., le premier film d'Agnès B, qui n'a attiré que 2 265 spectateurs pour un budget de 2,2 millions d'euros. Le plus retentissant ? Sans doute The Search, le film de guerre de Michel Hazanavicius, le réalisateur oscarisé de The Artist. D'un coût total de 20,6 millions d'euros, il a séduit moins de 70 000 spectateurs, soit 1,9% de taux rentabilité.
 

Lire et commenter