Réseaux sociaux et serial-killer : "Tragedy Girls", comédie gore remarquée à Gérardmer

CINÉMA
DirectLCI
EN-GORE - Dans le film "Tragedy Girls", deux ados fascinées par les films d'horreur et leur popularité sur les réseaux sociaux, sombrent dans la spirale du meurtre au contact d'un serial-killer. Une preuve supplémentaire de la variété du cinéma fantastique présenté au Festival de Gérardmer.

Deux adolescentes taraudées par des pulsions morbides décident de kidnapper un tueur en série pour qu’il leur enseigne les "ficelles du métier". C'est le début d’une vague de crimes transformant ce duo de lycéennes mal dans leur peau en véritables stars des réseaux sociaux. Tel est le point de départ iconoclaste de Tragedy Girls, long métrage drôlement gore réalisé par Tyler MacIntyre, présenté en compétition cette année au Festival de Gérardmer. 


Le moins que l'on puisse dire à son sujet, c'est que le traitement audacieux renvoie dans un premier temps aux teen movie dépourvus de morale des années 80 à l'instar de Heathers de Michael Lehmann (1988), film culte dans lequel des pestes faisaient régner la terreur dans une école de riches et qui se terminait dans un bain de sang. 


Dans un second temps, il y a la volonté de soutenir cette idée selon laquelle le fantastique raconte aussi, à sa façon, de manière outrée et outrancière, les monstres d'égocentrisme que nous pourrions devenir en ère 2.0, obnubilés par la e-réputation, les notifications et autres followers. Dans la veine immorale et farcesque de la série Black Mirror, un film qui pousse loin le bouchon, jusqu'à refaire une scène de bal sanguinolente à la Carrie et qui a fait sensation lors de sa présentation au Festival de Gérardmer ce jeudi, provoquant autant l'hilarité que le malaise.

4 films de la compétition déjà présentés

Outre Tragedy Girl, trois autres films ont d'ores et déjà été présentés aux jurés et aux spectateurs de la 25e édition du festival international du film fantastique de Gérardmer, marquée entre autres par un hommage à Alex de la Iglesia et une projection exceptionnelle de Scream de Wes Craven, grand prix au Festival de Gérardmer en 1997


Ainsi, parmi les dix longs métrages en compétition, a été projeté Le Secret des Marrowbone, de Sergio G. Sánchez, film de fantômes dans lequel un jeune homme vit reclus dans une demeure insalubre avec ses frères et sœurs plus jeunes, cachant à tout le monde le décès de sa mère. Le jeune cinéaste espagnol a travaillé par le passé comme coscénariste avec Juan Antonio Bayona (L'orphelinat et The Impossible) et ça se ressent. 


Egalement, en compétition, The Lodgers, de Brian O'Malley, relecture gothique et aquatique des Enfants Terribles de Cocteau et Mutafukaz, film d'animation halluciné coréalisé par Shōjirō Nishimi et Guillaume "Run" Renard et produit par Ankama Animations et les studio 4°C. 


La suite arrive avec, entre autres surprises, Revenge, "rape and revenge" d'une jeune réalisatrice gonflée et le très attendu Ghostland avec Mylène Farmer.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter