Robert De Niro, son père homo et lui

CINÉMA

CONFESSIONS – L'acteur américain a tourné un documentaire sur son père, l'artiste Robert De Niro Sr., que la chaîne HBO diffusera en juin prochain. Dans une interview au magazine OUT, il évoque l'homosexualité de ce personnage méconnu, décédé il y a 20 ans.

Personnalité pudique, avare de confidences privées, Robert De Niro se livre (un peu) à l'occasion de la diffusion sur HBO de Remembering the Artist Robert De Niro Sr ., un documentaire sur son père qu'il a lui-même réalisé. Décédé il y a 20 ans, ce peintre de l'après-guerre, contemporain de Jackson Pollock, connaîtra un certain succès dans les années 1950 avant de sombrer dans l'oubli – et la dépression – avec l'avènement du pop art.

"J'avais racheté des images qu'un type qui suivait mon père dans les années 1970 avait tourné", explique De Niro au magazine OUT . "Je les ai donné à Thelma Schoonmaker, la monteuse de Marty Scorsese, et nous sommes partis de là. (…) Mon idée de départ était de faire ça pour mes enfants, pour qu'ils sachent qui était mon père". Car si le docu évoque la carrière artistique de De Niro senior, il aborde également sa vie privée, l'intéressé ayant abandonné sa femme, et le petit Robert, alors âgé de 3 ans, après avoir découvert son homosexualité.

"Je n'ai pas été au courant pendant longtemps"

"Il faisait probablement partie d'une génération qui ne parlait pas beaucoup de ces choses-là", analyse Robert De Niro. Surtout venant d'une petite ville de province. Moi-même je n'ai pas été au courant pendant longtemps. J'aurais aimé qu'on en parle davantage ensemble. Ma mère n'aimait pas discuter des choses de la vie en général et un enfant ne s'y intéresse de toute façon pas avant un certain âge. Encore une fois, pour mes enfants, je voulais qu'ils prennent un moment pour réaliser qu'il faut faire certaines choses quand il est temps. Car 20 ans plus tard, c'est parfois trop tard".

Dans la même interview, Robert De Niro est interrogé sur l'absence de personnages ouvertement homosexuels dans sa carrière. Est-ce lié son histoire familiale ? "Non, on ne m'a jamais offert ces rôles", insiste-t-il. "S'ils m'avaient été proposés par un bon réalisateur, j'aurais considéré la proposition". Le président du jury du Festival de Cannes 2011, qu'on n'a pas vu sur les écrans depuis American Bluff , en février dernier, vient de rejoindre le casting du prochain film du réalisateur français Olivier Assayas, Idol's Eye. Il y aura pour partenaire l'ex-vampire de Twilight, Robert Pattinson.

Lire et commenter