Robert Guédiguian : "Si on ne se bat pas pour la reconnaissance du génocide, on n’est pas arménien"

Robert Guédiguian : "Si on ne se bat pas pour la reconnaissance du génocide, on n’est pas arménien"

DirectLCI
INTERVIEW – Il aura fallu attendre son 19ème film pour voir Robert Guédiguian se pencher sur le douloureux génocide arménien. Dans "Une histoire de fou", en salles ce mercredi, le cinéaste marseillais raconte ladite tragédie et ses conséquences par le prisme d’une véritable saga familiale et identitaire. metronews l’a rencontré.

Etiez-vous conscient que vous aborderiez un jour ou l’autre le sujet du génocide arménien ?
Oui, depuis que je suis allé en Arménie il y a une quinzaine d’années. Au fil du temps, c’est devenu prégnant. En France, on assiste à une montée en puissance de la notion d’identité, toujours abordée de manière intégriste. Je déteste ces positions qui amènent au nationalisme, à la guerre. L’identité n’est pas figée dans le temps.

Est-ce que la diaspora arménienne vous l’a demandé ce film ? 
Oui, sans arrêt. Ça prend la forme d’une pression très amicale. Tous les arméniens du monde ont envie qu’on parle de ça. C’est un petit peuple. Dès qu’un arménien réussit, qu’il soit toubib, commerçant ou cinéaste, on soigne cette notoriété.

Il y a une volonté de raconter l’Arménie intime…
L’histoire passe par les chambres à coucher, les discussions à table, les cuisines… C’est là que les mémoires se constituent, que les traumatismes se transmettent. Je voulais raconter comment cette tragédie a construit des dispositions, des états d’esprit, des postures sur plusieurs générations. (…) Si on ne se bat pas pour la reconnaissance du génocide, on n’est pas arménien.

"Depuis trois mois, Erdogan devient fou"

Votre héros choisit justement de mener ce combat en rejoignant l’armée de libération de l’Arménie, que vous évoquez avec une certaine distance. Que représente-t-il pour vous ?
Il représente cette jeunesse qui est dans la revendication. (Réflexion) Le pape n’aurait pas reconnu le génocide arménien sans les attentats commis il y a trente ans par l’Asala (nom donné à l’armée de libération de l’Arménie, ndlr). Il y a certes eu des dérives sanglantes. Ce groupe s’est d’ailleurs auto-dissout sur la question des victimes innocentes des attaques ciblées.

Vous dédiez le film à vos amis turcs, qui soutiennent vos idées. Sont-ils nombreux ?
Oui, dans la société civile. Le problème, c’est que la constitution turque interdit de dire "génocide arménien". Il s’agit d’une atteinte à la sûreté de l’état. La Turquie est en train de redevenir une dictature, après des années où ça s’était quand même un petit peu démocratisé. Depuis trois mois, Erdogan devient fou et sa stratégie marche : il vient d’ailleurs de gagner les élections.

Vous parlez d’un déni financé et organisé. Pouvez-vous expliquer cela ?
Si on dépose par exemple un projet de loi à Paris pour la reconnaissance du génocide, tous les députés recevront le lendemain des courriers… Ils seront conviés à des assemblées avec des turcs. Il y aura des menaces de rupture des relations commerciales. Le jour où le pape a reconnu le génocide dans son homélie pascale, l’ambassadeur turc s'est barré du Vatican deux heures après. C’est aussi clair que ça.

Croyez-vous à une paix, un jour ?
Oui, par principe.

A LIRE AUSSI >> Notre interview de Léa Seydoux pour la sortie de "Spectre"

Sur le même sujet

Lire et commenter