Romy Schneider alcoolique ? Sa fille Sarah Biasini choquée par le film "Trois jours à Quiberon"

DirectLCI
POLEMIQUE - En salles en France le 13 juin prochain, le film allemand "Trois jours à Quiberon" raconte un séjour de Romy Schneider en thalasso, un an avant sa mort. Sa fille Sarah Biasini l’a vu et se dit choquée que la réalisatrice Emily Atef laisse entendre que la star était dépendante à l’alcool et aux médicaments.

C’est le film qui a fait sensation lors la dernière édition des Lolas, les César du cinéma allemand, avec pas moins de 7 trophées dont celui du meilleur long-métrage. En salles en France le 13 juin prochain, "Trois Jours à Quiberon" raconte un épisode qui s'est déroulé à la fin de la vie de Romy Schneider. Soit une interview accordée en 1981 par l'actrice à un journaliste du magazine allemand "Stern", accompagné d'un photographe, alors qu'elle était en cure dans la commune bretonne.


Visiblement les partis pris de la réalisatrice Emily Atef ont déplu à Sarah Biasini, la fille de l’actrice, décédée le 29 mai 1982, à l’âge de 43 ans. "J'ai été très choquée surtout parce que je pense que les gens qui vont aller voir ce film ne verront pas un film sur ma mère. Ils ne verront pas un film sur Romy Schneider. C'est totalement faux", s’est insurgée la jeune femme auprès de l’AFP. "Le film contient de multiples insinuations et sous-entendus qui sont totalement mensongers."

C'est complètement mal intentionné, on veut la dégraderSarah Biasini

A l'écran, c'est la comédienne allemande Marie Bäumer qui interprète Romy Schneider. Ce que conteste le plus la fille de la star, c’est sa supposée dépendance aux médicaments et à l’alcool, dont elle cherche à se défaire dans le film. "Elle allait tous les ans à Quiberon, mais pour faire une thalassothérapie, pour perdre des kilos superflus, comme beaucoup d'actrices", s’insurge Sarah Biasini. "C'était une habitude. C'était juste une thalasso, ce n'était pas un centre de désintoxication", poursuit sa fille, "scandalisée" d'avoir vu dans le film "des références à l'alcool constantes, dès la première scène".

"La chose la plus grave selon moi, c'est qu'on la fait passer pour une alcoolique. Alors que si vous reprenez tous les réalisateurs ou tous les acteurs avec qui elle a travaillé, personne n'a jamais dit qu'elle avait un problème avec la boisson", assure la jeune femme. "C'est complètement mal intentionné. On veut la dégrader", estime Sarah Biasini, née en 1977 et elle-même actrice. "Je réclame surtout que des gens arrêtent de se faire de l'argent en colportant des mensonges."


>> "Trois jours à Quiberon", de Emily Atef. Avec Marie Bäumer, Birgit Minichmayr, Charly Hübner. En salles le 13 juin.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter