"Je vais te tuer" : Salma Hayek affirme avoir été harcelée sexuellement et menacée de mort par Harvey Weinstein

#METOO - Salma Hayek a révélé dans une tribune publiée dans le "New York Times" avoir été elle aussi victime des agissements du magnat déchu d'Hollywood, Harvey Weinstein. En plus de multiples faits de harcèlement sexuel, l'actrice explique avoir subi le chantage du producteur et avoir été menacée de mort.

C'est un témoignage glaçant et précis que Salma Hayek vient de publier dans le New York Times. Deux mois après les premières accusations contre Harvey Weinstein, l'actrice de 51 ans raconte avoir elle aussi été victime de l'ancien producteur. "Pendant des années, Harvey Weinstein a été mon monstre", explique l'actrice connue pour ses rôles dans Desperado, Bandidas et surtout Frida, sur la vie de la peintre mexicaine Frida Kahlo.

"Je vais te tuer, ne crois pas que j'hésiterai"

L'actrice raconte qu'au début de sa carrière, travailler avec quelqu'un comme Harvey Weinstein a été une chance inouïe. Mais derrière l'image de producteur audacieux et talentueux, le vrai visage de l'homme n'avait pas tarder à se dévoiler. L'interprète de Frida fait la liste de toutes les fois où Harvey Weinstein l'a harcelée sexuellement et raconte notamment avoir refusé "de prendre une douche avec lui" de "se faire masser par lui" et "d'avoir du sexe oral avec lui".


L'actrice, qui a également joué dans Une nuit en enfer de Robert Rodriguez, se demande même si ce n'est pas "son amitié avec Georges Clooney et Quentin Tarantino qui l'a empêchée d'être violée par le producteur". Après avoir essuyé de multiples refus, le producteur serait entré dans une colère noire et l'aurait même menacé de mort, lui assénant "je vais te tuer, ne crois pas que j'hésiterai".

Des prostituées de luxe plutôt qu'une soirée au Venice film festival

"Pour lui je n’étais pas une artiste, pas même une personne […] j’étais juste un corps", poursuit-elle, racontant les stratagèmes machiavéliques du producteur pour réaliser ses fantasmes. Salma Hayek explique notamment que le producteur l'avait empêchée de se rendre au gala d'ouverture du Venice film festival en l'honneur de Frida, film dans lequel elle tenait le premier rôle, pour l'emmener à la place dans une soirée privée avec des prostituées de luxe.


L'ex-magnat d'Hollywood aurait aussi rendu la vie de l'actrice impossible sur le tournage du même film, lui mettant des bâtons dans les roues et menaçant d'arrêter la production du film si elle ne tournait pas une scène lesbienne entièrement nue. Enfin, il aurait voulu carrément empêcher la sortie du film au cinéma malgré les bonnes critiques de la projection-test, pour le sortir directement sur support vidéo. Entre autres distinctions, le film sorti, en 2002, a été nommé pour 6 oscars et en a reçu 2.


Harvey Weinstein a réagi aux accusations dans un communiqué d'un porte-parole publié par Deadline. Dans ce dernier il dit "ne pas se souvenir avoir fait pression sur Salma pour faire une scène de sexe avec une autre actrice" et "ne pas avoir été présent lors du tournage". "Toutefois, cela faisait partie de l'histoire, Frida Kahlo étant bisexuelle", poursuit le communiqué. Qui balaye l'ensemble des accusations : "Toutes les allégations sexuelles telles que décrites par Salma sont inexactes".

Quelques années plus tard, l'actrice d'origine mexicaine a recroisé le producteur qui lui aurait expliqué qu'il avait trouvé l'amour avec sa nouvelle femme Georgina Chapman, et qu'il avait changé après avoir fait un infarctus. Le producteur lui aurait alors assuré qu'elle avait fait du bon travail sur Frida et qu'ils avaient tous les deux fait un beau film.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Hollywood : le scandale Harvey Weinstein

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter