Si t’as pas vu "Lulu femme nue", t’as tout perdu

Si t’as pas vu "Lulu femme nue", t’as tout perdu

DirectLCI
ON ADORE - Après lui avoir permis de décrocher le César de la meilleure actrice pour "Haut les cœurs !" en 2000, Solveig Anspach sublime Karin Viard dans "Lulu femme nue", un feel good movie à voir absolument. La preuve par quatre.

Le charme de la simplicité
A l’instar d’Emmanuelle Bercot qui filmait la rébellion et la renaissance de Catherine Deneuve dans Elle s’en va, Solveig Anspach s’intéresse à une femme qui, sans emploi et mal-aimée, décide de larguer les amarres sur un coup de tête. Une histoire presque banale de reconstruction qui puise précisément sa force dans sa simplicité et son absence de fioritures.

Karin Viard, échappée belle
De tous les plans ou presque, Karin Viard donne vie avec force et humilité à cette héroïne fragile mais déterminée. 100% naturelle en quadra à fleur de peau, la comédienne avait rarement été aussi lumineuse et émouvante et transcende ce road movie humaniste adapté d’une BD éponyme d’Etienne Davodeau sortie en 2008.

Bouli Lanners, prince charmant
La bonne idée du film, c’est aussi et surtout lui : identifié par le grand public comme l’un des clowns du cinéma belge, Bouli Lanners change radicalement de visage avec un rôle inédit et très séduisant d’ex-taulard amoureux et timide. Autour d’un dîner aux chandelles dans un camping ou à bord d’une auto tamponneuse, son duo romantique avec Karin Viard sonne comme une évidence.

La force de l’équilibre
Si l’émotion est de la partie, Solveig Anspach joue aussi la carte de l’humour. Garants de cette légèreté salvatrice, Pascal Demolon et Philippe Rebbot sont irrésistibles en frangins protecteurs et fantasques de Bouli Lanners. Claude Gensac prend le relais dans une seconde partie qui voit Lulu changer de décor pour s’occuper d’une mamie bougonne. Malgré une petite baisse de rythme dans cette seconde moitié, ce tandem est à l’avenant du film : humain, délicat et terriblement attachant.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter