Sophie Marceau a 50 ans : pourquoi la star de "La Boum" reste l'actrice préférée des Français

Sophie Marceau a 50 ans : pourquoi la star de "La Boum" reste l'actrice préférée des Français
CINÉMA

PORTRAIT - Aux yeux de tous les français, elle reste à jamais Vic, la jolie ado dont sont tombés amoureux tous les Français lors de "La Boum", au début des années 80. Plus de 30 ans après, Sophie Marceau est devenue une actrice à la palette complète, reconnue et respectée par la profession, sachant que le public ne l'a jamais délaissée. Retour sur la carrière imposante d'une actrice qui souffle ce jeudi ses 50 bougies.

Allez savoir pourquoi, La Boum, sorti en 1980, marche encore en 2016 pour plusieurs raisons: la nostalgie vintage des eighties a toujours autant le vent en poupe (regardez le succès de la série Stranger Things), le scénario de Danièle Thompson et de Claude Pinoteau capte parfaitement ce que signifiait être ado au début de cette décennie et, surtout, le miracle Sophie Marceau. 

Si les français aiment toujours autant Sophie Marceau, c’est entre autres parce que les garçons et les filles de son âge continuent de se sentir proche du parcours de la désormais célèbre Vic dans ses pérégrinations amoureuses, à rire des bons mots de Denise Grey (aka la fameuse Poupette), à vibrer sur la musique de Vladimir Cosma, mais aussi et surtout à se passionner pour le duo extraordinaire que composent Claude Brasseur et Brigitte Fossey.

Une star qui parle à toutes les générations

C'est quelque part à travers leur regard et le contraste qu'il peut y avoir entre les générations que l'on ressent toute la saveur d'une époque. Des instants de doutes et de sincérité que La Boum réussit à retranscrire avec humour et attention. Un plaisir nostalgique pour tous ceux à qui cette édition va permettre de redécouvrir le film, ses scènes cultes et de se plonger à nouveau dans les années 80. La qualité des dialogues et du scénario de ce second volet suffisent au plaisir non dissimulé à retrouver la famille Berreton au grand complet, ainsi que la bande de copains de Vic, 3 ans après. 

Pilule, parité homme femme… autant de sujets abordés dans cette suite haute en couleur qui reste proche des réalités de l’époque. Revoir ces films, c'est un peu comme retrouver un membre de sa famille dont avait pas eu de nouvelles depuis longtemps. On en vient même à regretter que Claude Pinoteau n'ait pas pu imposer ce triptyque dont il avait l'ambition et nous ravir d'un troisième épisode de La Boum. D'autant qu'il avait prévu de faire une trilogie; le troisième épisode devait présenter le personnage de Vic devenue femme.

Après La Boum (1980) et La Boum 2 (1982), L’étudiante est le troisième film qui réunit Sophie Marceau, Danièle Thompson (scénariste) et Claude Pinoteau à la réalisation. De par son sujet, son traitement et son approche scénaristique, l’ensemble aurait très bien pu être la continuation des aventures de Vic. Il ne manque vraiment que Claude Brasseur et Brigitte Fossey pour que la confusion soit totale. Le changement est dans ce regard sur les doutes d’une jeune femme affrontant ses études et sa vie personnelle. L'étudiante est à la fois l'instantané d'une époque, nostalgique et léger, subtil et énergique que sublime le charme naturel de Sophie Marceau.

Suit ensuite dans la carrière de Sophie Marceau Fort Saganne, tentative française de grand cinéma, entre exotisme et mélo âpre, où Sophie étonne en amoureuse éperdue attendant le retour de son soldat. A peine sortie de l’âge tendre de La boum, toute en crinoline et dentelle, elle sait tenir tête à un Gérard Depardieu au sommet.

Zulawski, l'homme qui a changé sa vie... et sa carrière

Au moment où le grand public continue à ne voie en elle qu’une idéale fille de français moyen, Sophie Marceau prend un virage à 180* en croisant le chemin d’Andrzej Zulawski, le réalisateur de L’important c’est d’aimer qui deviendra son mari. Dans L’amour Braque, Zulawski désape une fois encore une actrice (après Romy Schneider ou Valérie Kaprisky) pour la révéler corps et âme. 

Un an après cette expérience chez Zulawski, Sophie Marceau s’écarte toujours plus de La boum en allant s’aventurer chez Maurice Pialat. C’est connu, le tournage n’a pas été une partie de plaisir pour l’actrice. Il n’en reste pas moins un film incandescent quand il dépeint les vulnérabilités, les failles d’êtres humains. Les néons des bars-PMU et des commissariats éclairant l’actrice sous un nouveau jour, impeccable chez un cinéaste qui a tout du Cassavetes français.

Dans les années 90, Sophie Marceau joue La fille de d’Artagnan dans une cure de rajeunissement pour le cinéma de divertissement à la française, renouant avec un sens du spectacle et une dévotion totale au plaisir enfantin de spectateur. Aux States, on la retrouve dans Braveheart de Mel Gibson et Le monde ne suffit pas de Michael Apted. En France, Sophie Marceau déchaine toujours autant les passions. A l’époque de la sortie de Marquise, la presse relata surtout la grosse querelle entre Sophie Marceau et sa réalisatrice, Véra Belmont. Et oublia un film au sujet ambitieux : la vie de Marquise, une fille de très basse extraction qui séduisit Molière, Racine avant de devenir une favorite de Louis XIV.

Dernière collaboration entre Zulawski et Marceau, La fidélité est à remettre en perspective avec L’amour braque. Ne serait-ce que parce qu’il reprend le principe d’une contextualisation inédite d’un classique de la littérature. Après Dostoïevski, Zulawski resitue dans l’époque contemporaine Mme de La Fayette via une relecture de La princesse de Clèves. Derrière les oripeaux de l'adaptation, La fidélité laisse rapidement percevoir sa véritable nature: une longue lettre d’adieu de Zulawski, décédé début 2016, à Marceau, qui était depuis L’amour braque sa compagne à la ville.

Avec "LOL", un nouveau virage

Comme un retour aux sources, Sophie Marceau renoue avec la frivolité des premières fois dans LOL. Deux ans après le succès de Comme t'y es belle ! (Plus de 900 000 spectateurs), Liza Azuelos porte un regard tendre sur la jeunesse d'aujourd'hui. Sophie Marceau y joue la mère de l’ado (Christa Theret), mais aussi la fille de sa propre mère (Françoise Fabian). Et le spectateur français de se réjouir de pareilles connexions. Nostalgique quand tu nous tiens. Et joyeux anniversaire, Sophie. 

En vidéo

Quand Brigitte Fossey donnait des conseils à Sophie Marceau

Lire aussi

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Covid-19 : Emmanuel Macron va prendre la parole mercredi à 20h

    Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

    Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

    Éventuel "reconfinement" : comment le gouvernement a changé de discours en quelques semaines

    Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent