Pourquoi l’annonce de la nouvelle trilogie "Star Wars" tombe à pic pour Disney

DirectLCI
BUSINESS – A la surprise générale, Disney vient de dévoiler la mise en chantier d’une nouvelle trilogie "Star Wars" au cinéma, mais aussi d’une série télé basée sur l’univers de la saga galactique. Si l’annonce suscite de vives réactions de la part des fans, elle semble d’abord destinée à rassurer les marchés financiers. Explications.

Pourquoi maintenant ? Alors que Disney prépare la sortie mi-décembre de l’épisode 8, Les Dernier Jedi, deuxième partie de la trilogie entamée en 2015 avec Le Réveil de la Force, Disney vient de révéler la mise en chantier de trois nouveaux films prolongeant la saga Star Wars, écrits par le réalisateur Rian Johnson, mais aussi d’une série télé destinée à sa future plateforme de streaming payant. Si on imagine que ces projets ont été mûrement réfléchis, le timing de leur annonce ne doit rien au hasard.


Le futur de Star Wars a en effet été dévoilé par Robert A. Iger, le patron de la firme aux grandes oreilles, lors d’une conférence téléphonique jeudi avec des médias spécialistes de l’industrie du divertissement. Un échange destiné à faire le point sur les activités de la multinationale qui incluent, outre le cinéma, la télévision, les parcs d’attraction et bien sûr les produits dérivés de ses programmes et personnages.

Or, au quatrième trimestre, le chiffre d’affaires total de Disney a diminué à 12.78 milliards de dollars, contre 13.14 milliards un an plus tôt, rapporte l'agence Reuters. Son bénéfice net a, lui aussi, baissé, à 1.75 milliard contre 1.77 milliard. La faute, notamment, aux baisses des recettes des chaînes ABC et ESPN et aux recettes décevantes du merchandising de Cars 3. Si bien qu’à l’approche de la clôture de la bourse de Wall Street, l’action de la société avait chuté de 3%... avant de terminer à +1% dans la foulée de l’annonce de la nouvelle trilogie Star Wars. Magique, n’est-ce pas ?


Si Disney s’en remet à Luke Skywalker et ses amis pour redresser la tête, c’est parce que la franchise constitue aujourd’hui l’un de ses plus précieux actifs. Rappelons que la major a racheté en 2012 Lucasfilm, la société de production de George Lucas, pour la modique somme de 4 milliards de dollars. Un investissement payant. Sorti en 2015, l’épisode 7 a généré 2 milliards de dollars de recettes pour un budget de 300 millions, tandis que le premier film dérivé, Rogue One, a lui rapporté 1 milliard de dollars pour 265 millions de budget.

Les nouveaux jouets tu achèteras

La preuve qu’en dépit des esprits chagrins, la "marque" Star Wars continue à séduire de nouvelles générations de spectateurs, sans s’aliéner la majorité des anciens. Un habile mélange entre nouveauté et nostalgie que les équipes créatives de la saga fignolent avec soin. Rappelons qu'après Le Dernier Jedi, Disney sortira en mai prochain Solo, un film consacré au personnage joué initialement par Harrison Ford. Puis l'épisode 9 réalisé par J.J. Abrams en décembre 2019, et qui mettra un terme aux aventures des nouveaux personnages, Rey, Finn et autre Kylo Ren. Mais la botte secrète de la saga, c'est bien sûr son merchandising...

En vidéo

Star Wars : John Boyega ravi du retour de J.J. Abrams

A la date de 2015, les produits dérivés Star Wars avaient généré plus de 15 milliards de dollars de recettes, contre "seulement" 7.8 milliards de dollars pour l’ensemble des films depuis 1977. Le phénomène semble, là aussi, ne pas connaître de signe de fatigue. Après avoir découvert la bande-annonce de l’épisode 8, le mois dernier, les fans n’avaient d’yeux que pour le Porg, la charmante petite créature qui accompagne Chewbacca à bord du Faucon Millenium. Et dont la figurine animée est d’ores et déjà en vente avant la sortie du film, en France, le 13 décembre et deux jours plus tard aux Etats-Unis… 

Plus d'articles

Sur le même sujet